Skip navigation

5 études dans la ligne de mire de notre équipe de recherche

Author: CCA Staff Team Date: Nov 18, 2019 Blogue
  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

Maintenant que les chercheurs en chiropratique travaillent avec des équipes de recherche et des cliniques de santé multidisciplinaires dans toutes les grandes universités au Canada, la Fondation canadienne pour la recherche en chiropratique (FCRC) s’attaque à son prochain enjeu de taille : la mise sur pied et le financement de projets de recherche canadiens à l’appui de traitements efficaces pour toutes les personnes souffrant de douleurs et d’incapacités liées aux systèmes rachidien, musculaire et nerveux.

En octobre, le comité de recherche nouvellement formé de la FCRC a envoyé une demande de propositions à l’ensemble des équipes et des chercheurs canadiens. Il doit maintenant s’acquitter de la partie difficile de son mandat en décidant quelles candidatures retenir, et éventuellement financer, avant l’importante annonce du 20 décembre 2019.

Nous avons demandé aux membres du comité de nous parler de quelques-unes des études récentes qui ont le plus retenu leur attention.

Voici ce qu’ils avaient à proposer :

  1. L’accès à la chiropratique dans une clinique de soins primaires peut-il réduire les consultations répétées? Le Dr Richard McIlmoyle, président du comité de recherche, a cité ce lien vers un projet en cours comme un exemple éloquent de l’incidence qu’une étude relativement petite peut avoir sur la population. En plus de l’impact immédiat sur la santé des patients, ce domaine de recherche recèle peut-être la solution à l’un des enjeux de santé les plus pressants au pays à l’heure actuelle, à savoir l’offre d’un accès vraiment universel aux soins de santé.
  2. Quelle est l’approche la plus efficace pour traiter la lombalgie persistante? Des traitements chiropratiques réguliers pour encadrer le patient ou des rendez-vous sporadiques pour traiter les symptômes? Le Dr Peter Shipka a transmis cet article, car « celui-ci confirme ce que nous voyons dans nos cliniques et ce que les patients nous disent depuis des années. Des traitements chiropratiques réguliers contribuent à la santé lombaire des patients et leur permettent de s’adonner aux activités qu’ils aiment. »
  3. Regard sur les méthodes de manipulation vertébrale. Saviez-vous que les chiropraticiens emploient jusqu’à 150 méthodes différentes pour évaluer et traiter la lombalgie? Cette étude informative, retenue par le DrAaron Puhl, compare les soins médicaux standards à deux des techniques chiropratiques les plus utilisées. « Nous tenons toujours compte des préférences du patient dans notre choix de traitement, mais il en revient à nous de bien l’informer, fait remarquer le Dr Cette étude présente des données qui nous donne une idée des méthodes les plus efficaces sans que notre jugement soit teinté par nos a priori. »
  4. Une thérapie pour couper court à la discopathie dégénérative. Cet article, proposé par la Dre Kate Hood, porte sur une percée scientifique dans le traitement de l’un des troubles les plus couramment observés par les cliniciens. « Nous avons affaire à des patients de plus en plus éduqués, affirme la Dre Hood. C’est pourquoi, à mon avis, les chiropraticiens se doivent de comprendre les nouveaux traitements offerts s’ils veulent vraiment faire figure de spécialistes de la colonne vertébrale. Personnellement, j’ai hâte de voir où les progrès à venir nous mèneront. »
  5. Le niveau de revenu : un facteur dont il faut tenir compte dans les incapacités musculosquelettiques. Le Dr Shawn Thistle siège au comité à titre de représentant de l’Association chiropratique canadienne. Il est toujours à la recherche de nouvelles données, de lacunes dans la littérature actuelle et d’occasions de faire progresser la chiropratique. Cette étude avance l’idée que des variables sociodémographiques, comme le niveau de revenu, peuvent influer sur les troubles chroniques affectant les systèmes rachidien, musculaire et nerveux. « Certains facteurs de risque associés aux problèmes vertébraux sont modifiables, affirme le Dr Thistle, ce qui peut être un terreau fertile pour amorcer des travaux de recherche ou des programmes de santé publique communautaire. »

Du laboratoire à la salle de traitement, la recherche nationale en chiropratique contribue à améliorer la vie des patients souffrant de douleurs et d’incapacités musculosquelettiques. Aidez la FCRC à appuyer la prochaine vague de recherche dynamique en faisant un don ici.

 

back to top