Skip navigation

5 façons d’optimiser votre traitement chiropratique par l’exercice

  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

istock_44219854_webLorsque vous consultez un chiropraticien ou une chiropraticienne, vous ne vous doutez peut-être pas de l’éventail de compétences et de connaissances dont vous bénéficiez. Les chiropraticiens possèdent une solide formation dans l’évaluation, le diagnostic, la prévention et le traitement des problèmes musculosquelettiques. La manipulation articulaire n’est que l’une des nombreuses techniques que maîtrisent les chiropraticiens pour vous soulager de manière efficace et sécuritaire de vos douleurs et dysfonctions. Toutefois, pour optimiser les résultats de votre traitement, vous avez un rôle essentiel à jouer. Des études ont démontré que l’ajustement chiropratique est particulièrement efficace lorsqu’il est combiné à d’autres thérapies comme l’exercice1.

La prescription d’exercices, en complément de soins passifs comme la manipulation et la thérapie des tissus mous, peut s’avérer une composante déterminante du rétablissement. La participation du patient par le biais de soins actifs contribue à renforcer son autonomie, à accroître sa confiance dans ses propres capacités, à soulager la douleur et à rétablir ses fonctions. Votre chiropraticien peut vous conseiller des exercices adaptés à vos besoins et objectifs.

Voici quelques-unes des raisons qui expliquent l’importance de l’exercice et du mouvement dans le cadre de l’approche chiropratique : 

  1. Favoriser l’autonomie : Un programme d’exercices correctifs vous aide à jouer un rôle actif dans votre traitement. Il vous donne un sentiment d’autonomie et vous conforte dans votre habileté à mener à bien vos activités courantes sans crainte ou risque de blessure.
  2. Diminution de l’appréhension-évitement : À moins qu’une peur de la douleur ne soit décelée et rapidement traitée, elle peut mener à un comportement d’appréhension-évitement qui vous amène à cesser d’utiliser des muscles par crainte de vous blesser davantage plutôt que de les renforcer. En renouant avec vos activités courantes et avec l’exercice, vous augmentez votre confiance en vous et, ultimement, favorisez votre rétablissement.
  3. Augmentation de l’efficacité du traitement : Des études avancent que la thérapie manuelle (manipulation ou mobilisation) combinée à un programme d’exercice est plus efficace que toute autre forme de thérapie dans le cas de patients souffrant de problèmes musculosquelettiques, notamment de cervicalgie1,2.
  4. Diminution de la récurrence : Selon le Council on Chiropractic Guidelines and Practice Parameters, la combinaison exercice-manipulation améliore les résultats du traitement en plus de diminuer les risques de récurrence2.
  5. Bienfaits à long terme : Une étude a démontré qu’en présence de problèmes cervicaux subaigus ou chroniques avec ou sans céphalées, la manipulation ou la mobilisation vertébrale jumelée à des exercices présente des bienfaits à long terme sur le plan du soulagement de la douleur, de l’amélioration des fonctions et de l’effet général ressenti3. 

En plus de constituer un excellent outil de prévention des blessures, l’exercice s’avère un moyen efficace de soulager la douleur et d’améliorer les fonctions dans le cas de plusieurs problèmes musculosquelettiques, notamment la lombalgie. S’il est important de rester actif pour votre santé musculosquelettique et votre santé générale, ce l’est tout autant pour soutenir des interventions thérapeutiques comme l’ajustement. Nous vous conseillons de consulter en chiropratique pour savoir quel genre de programme d’exercice vous convient. Pour trouver un chiropraticien ou une chiropraticienne près de chez vous, utilisez notre outil Trouver un chiropraticien.

 

Références
 
 1. Cassidy, et al. What Do We Know About Diagnosis, Relative Risks & Benefits of Nonsurgical Management of Patients With Neck Pain? The Bone & Joint Decade Task Force on Neck Pain and Its Associated Disorders, 2007.
 
 2. Gross, et al. A Cochrane review of manipulation and mobilization for mechanical neck disorders. Spine, 2004;29(14):1541-8.
 


3. Chiropractic Best Practices: A Systematic Review by the Research Commission of the Council on Chiropractic Guidelines and Practice Parameters. Draft document, 2006.
 
retour