Skip navigation

6 manières de gérer le tennis elbow et la tendinite du golfeur

Auteur: CCA Staff Team Date: Aug 22, 2018 Back Care Tips, Blogue
  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

Avec le retour de l’été, beaucoup de gens s’adonnent à leurs sports et à leurs activités récréatives préférés, ce qui occasionne souvent des tensions ou des blessures causées par une utilisation excessive. Deux des blessures les plus courantes sont l’épicondylite latérale et l’épicondylite médiale. Même si vous ne jouez pas au tennis ou au golf, vous pouvez facilement vous infliger ces blessures avec le temps.

L’épicondylite latérale et l’épicondylite médiale sont deux types de blessures différents qui concernent les muscles de l’avant-bras, mais qui affectent les deux côtés opposés du coude à l’endroit où les muscles s’insèrent dans l’articulation. Toutes deux associées à de l’inflammation et à des dommages au coude, ces affections sont attribuables à l’usure de différents tendons ainsi qu’au ralentissement de la capacité de ces derniers à se régénérer.

Quelle est la différence entre les deux?

Épicondylite latérale

  • L’épicondylite latérale touche les muscles et les tendons de votre avant-bras qui se prolongent jusqu’à votre poignet et à vos doigts. Les symptômes peuvent apparaître graduellement en commençant par une légère douleur qui empire avec le temps. Rarement le résultat d’une blessure, l’épicondylite latérale est plutôt causée par la surutilisation des tendons de votre avant-bras.
  • Les symptômes comprennent une force de préhension moindre et une douleur ou une sensation de brûlure sur la partie externe du coude. Habituellement, ils empirent lorsque vous utilisez votre avant-bras pour faire des activités comme tenir une raquette (d’où le nom de tennis elbow), utiliser une clé anglaise ou serrer la main de quelqu’un.

Épicondylite médiale

  • L’épicondylite médiale touche également les muscles de l’avant-bras. Dans ce cas-ci, nous voulons dire les muscles qui partent du poignet et vont jusqu’à la zone sensible du coude, près de la bosse intérieure. Ces muscles assurent la flexion du poignet (ou le geste de rotation du poignet), ce qui explique le lien avec le golf.
  • Les symptômes comprennent de la douleur ou une sensibilité près de la zone sensible du coude, ou de la bosse intérieure du coude, de même qu’une force de préhension réduite. Ce type de blessure peut se produire en dehors des activités sportives : les travailleurs qui exécutent régulièrement des tâches exigeant des flexions ou des rotations répétitives du poignet ou encore des mouvements de pronation de l’avant-bras à répétition (mouvement de rotation de la paume vers le bas) souffrent souvent du coude du golfeur.

Heureusement, il existe des exercices et des étirements que vous pouvez faire pour gérer les symptômes de ces deux affections. Voici quelques options qui peuvent vous aider si vous souffrez d’une épicondylite médiale ou latérale :

Étirements courants

  1. Étirement du poignet (épicondylite latérale) : Bras allongé devant vous, paume vers le bas, ramenez doucement la main et les doigts vers vous avec votre autre main, sans forcer. Cet exercice ne devrait pas être douloureux; s’il l’est, ramenez la main et les doigts plus délicatement afin de produire un léger étirement. Cela devrait étirer votre avant-bras. Tenez la position 30 secondes, relâchez et répétez trois fois.
  2. Flexion du poignet (épicondylite médiale) : Cet exercice est similaire au précédent, mais la main est tournée dans l’autre sens. Tenez votre bras devant vous, paume vers le haut, et ramenez doucement la main et les doigts vers vous avec votre autre main. Tenez la position 30 secondes, puis relâchez. Répétez trois fois. Vous pouvez faire ces étirements tout au long de la journée.

Exercices courants

  1. Extension du poignet (épicondylite latérale) : L’un des exercices d’amplitude de mouvement les plus courants pour l’épicondylite latérale est l’extension du poignet. Commencez par plier le coude à un angle de 90 degrés et reposez l’avant-bras sur une surface plane, comme une table, paume tournée vers le bas. Étirez doucement le poignet vers le haut pour le relever de la table (sans toutefois provoquer de douleur). Répétez dix fois. À mesure que vous progresserez, ajoutez du poids, par exemple en tenant une bouteille d’eau, afin d’accroître la résistance et d’intégrer un volet de renforcement à cet exercice.
  2. Flexion du poignet (épicondylite médiale) : Cet exercice est similaire au précédent, mais la main est tournée dans l’autre sens. Pour l’exercice de flexion du poignet, commencez par plier le coude à un angle de 90 degrés et reposez l’avant-bras sur une surface plane, comme une table, paume tournée vers le haut. Fléchissez doucement le poignet vers le plafond pour le relever de la table (sans toutefois provoquer de douleur). Répétez dix fois. Vous pouvez aussi ajouter un poids de résistance pour assortir cet exercice d’un volet de renforcement.
  3. Renforcement de la préhension : Pour cet exercice, tout ce dont vous avez besoin est une balle souple ou « antistress ». Tenez la balle dans la main et comprimez-la. Gardez la position cinq secondes, relâchez et répétez dix fois. Cet exercice est utile pour l’épicondylite médiale ou latérale.
  4. Exercice de renforcement : L’un des exercices de renforcement les plus courants que vous pouvez pratiquer est communément appelé l’« exercice du marteau ». Prenez un marteau comme poids de résistance. Tenez-le par le manche en gardant le coude plié à 90 degrés sur une surface plane, comme une table. Faites lentement tourner le marteau vers le centre de votre corps; la paume doit pivoter vers le bas. Ensuite, inversez lentement le mouvement pour faire tourner le marteau vers l’extérieur; votre paume se met à tourner vers le haut et le poids de la tête du marteau commence à tirer les muscles de votre bras. Reposez-vous un instant. Répétez dix fois.

Vous pouvez aussi gérer votre douleur en modifiant les activités qui la causent, par exemple en en réduisant la répétition ou la durée. Vous pouvez aussi obtenir des soins chiropratiques incluant les étirements et les exercices susmentionnés. Vous pourriez aussi vous procurer une orthèse pour assurer la compression ou la stabilité de votre coude (auprès de votre chiropraticien ou en pharmacie). Enfin, il peut y avoir lieu d’explorer d’autres traitements, tels que les thérapies au laser ou par ondes de choc.

Pour toute question, préoccupation ou consultation à propos du type de traitement approprié à votre cas, vous pouvez communiquer avec votre chiropraticien local.

retour