Skip navigation

Concilier une carrière en recherche avec la maternité

Auteur: Alisha Martins Date: May 22, 2019 Blogue, Recherche, Research
  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

Une entrevue avec la Dre Diana De Carvalho et la Dre Carol Cancelliere au sujet de concilier une carrière avec la maternité

la Dre Diana De Carvalho et la Dre Carol Cancelliere

Tout le monde sait que les mères qui travaillent ont du pain sur la planche. Au Canada, 73 % des femmes qui ont des enfants de moins de six ans font partie de la population active1. Ce constat soulève la question suivante : comment arrivent-elles à concilier une carrière réussie avec les exigences de la maternité?

Des membres de l’équipe qui travaille à la Fondation canadienne pour la recherche en chiropratique se sont récemment entretenus avec la Dre Diana De Carvalho et la Dre Carol Cancelliere, deux chercheuses accomplies et mères à temps plein, et ont discuté de leurs stratégies pour arriver à tout faire. Voici leurs principaux conseils.

Tout est relatif

« Lorsqu’on a des enfants, on réalise que certaines crises au travail sont en fait bien anodines. Le fait d’être mère m’aide à relativiser les choses et me force à éteindre l’ordinateur. Sinon, je pourrais travailler en permanence. » — Dre Carol Cancelliere

« J’ai passé beaucoup de nuits blanches pour m’occuper de mes enfants et de ma carrière. Mais j’ai deux petits garçons exceptionnels que je n’échangerais pour rien au monde. Au bout du compte, j’aime ce que je fais, que ce soit à la maison ou au travail. J’ai des objectifs et des centres d’intérêt dans ces deux sphères de ma vie, et l’atteinte de ces objectifs me donne l’énergie de continuer. » — Dre Diana De Carvalho

Il n’y a pas de solution passe-partout

« S’il est facile de constater qu’une bonne conciliation entre le travail et la vie familiale peut rendre une personne plus heureuse et plus productive, la mise en pratique de ce principe se révèle un peu plus difficile. Je n’ai pas réponse à tout, mais je me rends compte qu’un effort conscient, la prise de décisions difficiles et des ajustements constants sont nécessaires pour y arriver. En fin de compte, chaque personne trouvera une forme d’équilibre qui lui est propre, mais je pense que nous devons tous être plus indulgents envers nous-mêmes dans la recherche de cet équilibre. » — Dre Diana De Carvalho

« Parfois, mon travail passe en priorité et mes enfants sont pris en charge par d’autres adultes, s’adonnent à des activités ou jouent avec leurs appareils électroniques. D’autres fois, j’accorde plus d’attention à ma famille et mes enfants ont droit à une double dose de câlins avant de se coucher. S’il faut que je travaille les fins de semaine, je le fais assise par terre, aux côtés de mon portable, en jouant avec des blocs ou de la pâte à modeler. » — Dre Carol Cancelliere

L’efficacité, une qualité essentielle

« En temps normal, il m’incombe à moi seule d’encadrer mes étudiants et de gérer mon programme de recherche. Des problèmes peuvent survenir à n’importe quel moment de la journée, ce qui rend la conciliation travail-famille difficile. Par contre, mon horaire de travail flexible me permet de déposer mes enfants à l’école ou d’aller les chercher quand ils sont malades. Pour une mère, cela n’a pas de prix. » — Dre Diana De Carvalho

« Je ne peux jamais affirmer que j’ai terminé ce que j’avais à faire comme travail pour la journée : j’arrive au mieux à dire que je suis en retard d’un mois au lieu de six. Que ce soit la recherche de nouvelles méthodes d’enseignement, la rédaction d’articles ou la participation à des partenariats de recherche ou de financement, il y a toujours quelque chose à faire. Un des aspects que je trouve le plus difficile est d’entendre mes enfants me demander pourquoi je travaille autant. Je suis de petite taille, ce qui a récemment poussé mon enfant de trois ans à me faire la remarque suivante : « Maman, t’es trop petite pour aller travailler. Envoie papa à ta place! » — Dre Carol Cancelliere

« Comme pour tous les parents qui travaillent, arriver à trouver le juste équilibre est ardu. Certaines semaines, mes priorités changent et je dois encaisser les coups, comme un enfant malade qui doit rester à la maison ou la remise d’une importante demande de subvention. Cela dit, il ne faut pas oublier les aspects positifs : je n’ai jamais utilisé mon temps aussi efficacement que maintenant! » — Dre Diana De Carvalho


 

La Dre Diana De Carvalho, DC, MSc, Ph. D., est professeure adjointe à la faculté de médecine de l’Université Memorial de Terre-Neuve. Sa recherche porte sur les soins aux patients, notamment le développement de la lombalgie en réponse à une position assise prolongée. Pour en savoir plus sur son domaine de recherche, cliquez ici.
La Dre Carol Cancelliere, DC, Ph. D., cumule les fonctions d’épidémiologiste clinique et de responsable du Projet canadien des guides de pratique chiropratique. Elle travaille actuellement à la Faculté des sciences de la santé de l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario (IUTO). Pour vous renseigner sur son travail qui vise à encourager l’adoption de guides fondés sur des données probantes, cliquez ici.

1Institut canadien de la santé infantile, « Module 8, Section 2 : Taux d’activité de la population active », La Santé des enfants et des jeunes du Canada : Un profil de l’ICSI (2018). Lien : http://bit.ly/2oq4xyZ.

retour