Skip navigation

Douleurs lombaires : une épidémie au Canada

Auteur: CCA Staff Team Date: Sep 10, 2014 Blogue, L'expertise chiropratique, Lombalgie
  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

Chiropractic treatment for low back painSpasmes involontaires dans la région lombaire ? Douleur pulsative sourde ? Douleur lancinante le long de la jambe ? Vous souffrez fort probablement d’un problème que l’on désigne sous le nom de lombalgie ou douleurs lombaires. Si vous n’avez jamais éprouvé de douleurs lombaires, cela risque de vous arriver à un moment de votre vie. Voici quelques statistiques éloquentes :

Low-Back-Pain-FRCauses de la lombalgie

Pourquoi sommes-nous plus vulnérables à la lombalgie qu’auparavant ?

Notre dos a pour rôle de soutenir le corps – au repos comme en mouvement. Une surcharge pondérale exerce une plus grande pression sur notre colonne et autres articulations. Des études ont démontré qu’une augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) accroît les risques de lombalgie. Si l’on considère la hausse du taux d’obésité au pays , la population canadienne multiplie ses risques de souffrir de lombalgie.

Par ailleurs, nous sommes plus sédentaires qu’avant. Dans les pays industrialisés, 75 % de la population active travaillent assis durant de longues périodes. Or, les longues stations assises affectent les muscles et les articulations et peuvent provoquer un déconditionnement (baisse des fonctions physiques), une fatigue et une pression sur les disques vertébraux qui entraînent des douleurs lombaires.

De plus, les Canadiens vivent plus longtemps une vie plus remplie que les générations antérieures. En fait, en 2011, on estimait que plus de cinq millions de Canadiens avaient plus de 65 ans. Le nombre de baby-boomers à la retraite a grimpé de plus de 29 % en cinq ans, un chiffre qui devrait continuer de croître. Au Canada, le vieillissement s’est transformé avec le la génération des baby-boomers et exige une plus grande collaboration entre les équipes de santé qui traitent la population vieillissante pour des problèmes tels que la lombalgie.

Proportion de la population canadienne âgée de 65 ans et plus 

1960 : 7,6 %

2007 : 13,4 %

2050 : 26,9 %

Solutions à l’épidémie de lombalgie

Récemment, le ministre de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario a appuyé un changement de politique  « en donnant aux membres des équipes de santé familiale et au personnel des cliniques dirigées par du personnel infirmier praticien une occasion concrète d’examiner comment des services de chiropratique pourraient être intégrés dans leur équipe interdisciplinaire de soins de santé primaires. » 

Dans le cadre de l’un des trois volets de la stratégie en matière de lombalgie du ministère de la Santé et des Soins de longue durée, deux projets pilotes ont été mis sur pied. Le premier, des cliniques interprofessionnelles d’évaluation et d’éducation en matière de lombalgie, est en place depuis novembre 2012. Le rôle des chiropraticiens dans ces cliniques est d’évaluer, d’informer et de traiter selon des techniques éprouvées les patients souffrant de lombalgie dirigés par des professionnels de la santé de première ligne de la région. Le second projet, la future Initiative pilote de soins primaires en matière de lombalgie, favorisera la collaboration d’équipes interprofessionnelles de soins primaires (centres d’accès aux services de santé pour les Autochtones, centres de santé communautaire, équipes de santé familiale et cliniques dirigées par du personnel infirmier praticien) avec des professionnels de la santé locaux partenaires, notamment des chiropraticiens, afin de mettre sur pied des programmes de lombalgie. Ce projet pilote vise à améliorer l’évaluation, le traitement et la gestion de la lombalgie dans un cadre de santé primaire. L’initiative permettra également aux équipes interprofessionnelles d’étudier sur le terrain le récent changement de politique adopté par le gouvernement, qui autorise le financement des chiropraticiens intégrés au sein de ces équipes.

Les chiropraticiens sont formés pour évaluer et diagnostiquer la lombalgie, et pour prodiguer des plans de traitement globaux. En effet, le chiropraticien prend en compte tous les facteurs contributifs à la lombalgie – désalignement, anomalies, blessures, ergonomie, activité physique et état de santé général – afin d’élaborer un programme personnalisé de soulagement de la douleur, d’amélioration de la mobilité et de rétablissement. Le traitement chiropratique n’inclut ni médicaments, ni traitement effractif.

L’expertise chiropratique comme traitement de la lombalgie

Le traitement chiropratique soulage la lombalgie à l’aide de diverses approches cliniques, notamment la manipulation, la mobilisation, la thérapie des tissus mous, l’exercice, l’information, les appareils (ultrasons, laser, etc.) et la réadaptation. Grâce à une formation spécialisée en manipulation vertébrale (MV), les chiropraticiens sont habilités à effectuer des « ajustements », une technique qui a démontré son efficacité à réduire la douleur, à améliorer la mobilité et à réduire les risques de chronicité de la lombalgie. Les patients traités au moyen d’une combinaison d’ajustements et d’exercices ont fait état d’une amélioration importante lors des suivis de trois et douze mois , un élément déterminant, car le taux de récurrence est élevé en matière de lombalgie. En effet, une étude réalisée en 2003 a démontré un taux de récurrence des douleurs lombaires de 73 % dans les douze mois.

Pour en savoir plus sur la façon dont le traitement chiropratique de la lombalgie peut soulager la douleur et réduire les risques de récurrence, cliquez ici.

Les chiropraticiens canadiens peuvent vous fournir des conseils sur votre colonne et votre posture et élaborer un plan de traitement personnalisé qui inclut des exercices pour le dos et des solutions ergonomiques au travail. Trouvez vite un chiropraticien et joignez les 4,5 millions de Canadiens qui consultent en chiropratique tous les ans !

Renseignez-vous ici sur la couverture d’assurance du traitement chiropratique.


1. Cassidy JD, Carroll LJ, Côté P., The Saskatchewan health and back pain survey. The prevalence of low back pain and related disability in Saskatchewan adults, Spine (Phila Pa 1976). 1998 Sep 1;23(17):1860-6; discussion 1867.
2. Cassidy JD, Carroll LJ, Côté P., The Saskatchewan health and back pain survey. The prevalence of low back pain and related disability in Saskatchewan adults, Spine (Phila Pa 1976). 1998 Sep 1;23(17):1860-6; discussion 1867.
3. Seaman, David R., Body mass index and musculoskeletal pain: is there a connection? Chiropractic & Manual Therapies 2013, 21:15
4. Laurie K. Twells, Deborah M. Gregory, Jacinta Reddigan, William K. Midodzi, Current and predicted prevalence of obesity in Canada: a trend analysis, CMAJ, Vol. 2, No. 1, 2014
5. Angela Maria Lis, Katia M. Black, Hayley Korn, Margareta Nordin, Association between sitting and occupational LBP, Eur Spine J. Feb 2007; 16(2): 283–298.
6. Childs JD, Fritz JM, Flynn TW, et al. A clinical prediction rule to identify patients with low back pain most likely to benefit from spinal manipulation: a validation study. Ann Intern Med 2004;141:920–8.
7. Pengel LH, Herbert RD, Maher CG, Refshauge KM, Acute low back pain: systematic review of its prognosis, BMJ, 2003 Aug 9; 327(7410):323.
retour