Skip navigation

La formation chiropratique : une approche universitaire multidisciplinaire

  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

Au cours des deux dernières semaines, nous avons traité des modèles de soins de santé fondés sur des approches collaboratives, qui permettent de diriger les patients vers le professionnel le plus indiqué pour traiter leur problème. Les équipes de soins interprofessionnelles combinent l’expertise de plusieurs disciplines de sorte que les patients bénéficient de services complets adaptés à leurs besoins. Il s’agit d’un modèle de soins véritablement axé sur le patient.

Bien que la plupart des Canadiens préféreraient un modèle de soins collaboratifs plus simple, nous ne devons pas perdre de vue que les systèmes évoluent lentement. Par ailleurs, si les modèles de soins collaboratifs ne sont pas étudiés durant la formation, certains praticiens peuvent avoir du mal à intégrer ce genre de pratique dans l’exercice de leur profession. C’est pourquoi il est essentiel de présenter des modèles de soins collaboratifs dans le cadre de la formation, afin que les étudiants puissent acquérir les connaissances théoriques et les pratiques nécessaires à une prise de décision clinique qui favorise l’orientation adéquate des patients.

Dans son premier rapport, De l’innovation à l’action, le Groupe de travail sur l’innovation en matière de santé a recommandé aux premiers ministres canadiens d’envisager l’adoption d’éléments et de facteurs clés de succès de cinq modèles canadiens de soins de santé novateurs qui pourraient grandement améliorer la situation des patients. La St. Michael’s Academic Family Health Team, une équipe de santé familiale affiliée au St. Michael’s Hospital, a été désignée comme l’un des centres d’excellence.

Blog-2-3-graphic-St.-Michaels---FR

L’équipe de santé familiale du St. Michael’s est un exemple remarquable de soins multidisciplinaires, où professionnels et étudiants travaillent en équipe afin d’assurer des soins, notamment chiropratiques, aux patients de quartiers défavorisés de la ville. Dans le cadre de cette équipe de santé familiale, les internes de quatrième année et les résidents en chiropratique du Canadian Memorial Chiropractic College (CMCC) travaillent avec des professionnels de dix disciplines différentes dans le but de fournir des soins cliniques complets. Ce cadre de première ligne en milieu hospitalier a permis d’améliorer l’accès aux services musculosquelettiques. Il permet aussi aux internes de se familiariser aux rencontres d’équipe et aux dossiers de santé électroniques, en plus d’apprendre le cotraitement des patients avec des collègues d’un éventail d’autres professions.

L’équipe offre à la population diversifiée du centre de Toronto les services de médecins, d’infirmières, notamment praticiennes, de chiropraticiens, de travailleurs sociaux, de diététistes et de pharmaciens. Grâce à un partenariat avec la Ryerson University, un psychologue clinique (qui supervise tous les ans douze résidents en psychologie) s’est joint à l’équipe. Un récent partenariat avec le Toronto Public Health a aussi permis l’intégration de services dentaires (dentiste, hygiéniste et étudiants) à notre volet de formation. Des services d’aide aux toxicomanes ont également été intégrés à la clinique dans le cadre d’un programme unique de première ligne en santé mentale. L’ensemble de ces programmes de formation intégrée créent pour les étudiants et les cliniciens un environnement propice au partage des connaissances et à des pratiques novatrices.

Fait à noter, les services chiropratiques sont dispensés de concert avec les autres professionnels de la santé et visent la gestion probante de patients qui souffrent de problèmes musculosquelettiques (MS). Les chiropraticiens et les internes effectuent un examen complet, posent un diagnostic et élaborent un plan de traitement qui peut inclure notamment la manipulation vertébrale et articulaire, la mobilisation, des thérapies des tissus mous, des accessoires, la réadaptation active, des conseils en matière de mode de vie et un programme d’exercices.

« Nous avons récemment fait appel à un promoteur de la santé spécialisé dans les systèmes financiers. L’équipe envisage aussi la mise en œuvre d’un projet pilote qui inclurait une clinique juridique, rapporte la Dre Deborah Kopansky-Giles, DC, superviseure clinique au CMCC. Nous espérons ainsi améliorer la prestation des soins de santé auprès des patients du centre et d’équipes de santé non hiérarchisées, optimiser les avantages des liens praticiens-patients et de la technologie et développer de nouveaux modèles de prestation des soins. En travaillant avec les services communautaires et en créant des partenariats, nous avons considérablement amélioré l’accès aux soins et leur qualité grâce à l’optimisation de la portée, des compétences et de l’expertise de nos ressources humaines. Par exemple, si un patient me consulte pour un trouble, mais que je note chez lui un problème complexe de nature alimentaire, je peux le faire voir par une diététiste avec laquelle je travaillerai en collégialité. Ce faisant, nous sortons du cadre habituel des services de santé. C’est vraiment unique. »

Le Dr Igor Steiman, clinicien au CMCC, explique que les internes en chiropratique font l’expérience de nombreuses interactions interprofessionnelles, dont l’accompagnement et les présentations cliniques en groupe. Les programmes de formation permettent aux étudiants de toutes les disciplines d’apprendre ensemble. Outre l’acquisition de connaissances communes, ils découvrent ainsi le rôle et le champ d’expertise des autres professions.

« Les gens voient que le modèle fonctionne, de dire le Dr Steiman. Des études suggèrent que les soins multidisciplinaires sont meilleurs pour les patients, les professionnels et les finances. » Il constate aussi qu’il rencontre tous les ans des médecins de soins primaires qui ont fait une résidence en pratique familiale et qui, de ce fait, comprennent que la chiropratique fait partie intégrante du traitement des troubles MS.

Depuis 2008, la Suisse offre une formation multidisciplinaire dans le cadre d’un programme de maîtrise en médecine chiropratique de six ans dispensé à l’Université de Zurich. Les quatre premières années de ce programme sont communes à tous les étudiants en médecine. La spécialisation clinique en chiropratique se fait au cours des deux dernières années. De ce fait, les médecins suisses sont plus à même de considérer les chiropraticiens comme des collègues et dirigent plus qu’ailleurs leurs patients souffrant de troubles MS vers la chiropratique.

Au Canada, l’équipe de santé familiale du St. Michael’s représente probablement le modèle éducatif de soins de santé interprofessionnels le plus poussé. Le Dr Philip Berger, ancien responsable de la médecine familiale de l’hôpital, a souligné la capacité de la clinique à enseigner la collaboration aux futurs prestataires de soins de santé, puisqu’ils auront appris ensemble plutôt qu’en silos. Il souligne aussi les bienfaits pour le patient d’une approche multidisciplinaire et de meilleures communications.

Que pensez-vous de la formation interdisciplinaire dans le secteur de la santé ? Faites-nous part de votre opinion sur les médias sociaux.
Facebook iconTwitter iconLinkedIn iconYouTube icon

retour