Skip navigation

Le parcours du patient

Author: CCA Staff Team Date: Jan 28, 2015 Blogue
  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

iStock_000014885576XXLargeLa dorsalgie est une réalité à laquelle la plupart d’entre nous ont été ou seront confrontés au cours de leur vie. Les causes des problèmes musculosquelettiques (MS) sont multiples et encore mal comprises. Ces problèmes pourraient notamment être liés à l’hérédité, à des enjeux mécaniques, au style de vie. Les troubles et maladies MS peuvent frapper des gens de tous horizons et de toutes conditions. Que faire si vous souffrez de dorsalgie ?

De façon générale, les gens qui souffrent de douleurs dorsales, par exemple, consultent leur médecin de famille (s’ils en ont un) qui leur donnera des conseils et une ordonnance d’analgésiques ou d’anti-inflammatoires. Idéalement, il les dirigera aussi vers un autre professionnel de la santé, expert en santé MS, comme un chiropraticien. Grâce à une évaluation et à une prise en charge précoce qui inclut le traitement, des renseignements sur les facteurs contributifs (alimentation, exercice, etc.) et des conseils d’ergonomie, la plupart des patients peuvent se rétablir complètement et réduire les risques de récurrence.

Toutefois, les patients qui ne répondent pas au traitement se voient généralement prescrire une imagerie diagnostique : radiographie, IRM ou scan. Ces examens peuvent donner espoir aux patients frustrés qui cherchent des réponses. Ils servent souvent à identifier un problème structurel, à déterminer s’il y aurait lieu d’opérer ou à diagnostiquer une pathologie sous-jacente grave. Pourtant, la chirurgie n’est indiquée que dans une très faible proportion des patients soumis à une imagerie (moins de 1 % selon une étude réalisée en 2009 dont nous avons parlé dans notre billet Une main-d’œuvre en meilleure santé : le traitement adéquat des problèmes MS.)

Dans ce contexte, quels choix s’offrent au patient ?

Une étude effectuée en 2009 par l’Agence de la santé publique du Canada a suivi l’évolution au sein du système de santé de patients souffrant de dorsalgie et de cervicalgie chronique. L’étude a démontré que les patients abordaient le système plutôt confiants de recevoir un diagnostic et un traitement qui soulagerait leurs symptômes. Avec le temps, cependant, leur optimisme cédait la place à la désillusion et, finalement, à la résignation face à une vie de douleurs chroniques. (Chez certains patients, cette résignation a mené à l’adoption de stratégies et de régimes qui les aidaient.) L’étude dresse un portrait sombre du système de santé, mais comme nous l’avons souligné dans de précédents blogues, le milieu de la santé au Canada a amorcé une évolution qui assure un accès de plus en plus grand à des soins adéquats.

En novembre, nous avons parlé de l’équipe de santé familiale du St. Michael’s Hospital, à Toronto. Cette équipe de santé familiale travaille dans un cadre interdisciplinaire où professionnels et étudiants collaborent pour offrir des soins concertés, notamment de chiropratique, à des patients de milieux défavorisés. L’approche clinique globale a favorisé un meilleur accès à des services musculosquelettiques de première ligne en milieu hospitalier, en particulier à une population qui n’aurait pu se les procurer autrement.

Autre exemple cité dans ce billet : le Kingsway Financial Spine Centre, intégré au Credit Valley Hospital, à Toronto. Ce centre interprofessionnel englobe plus de dix disciplines de la santé, dont la chiropratique. Cet accès direct à des soins adéquats assure une diminution du temps d’attente et accélère le diagnostic, le traitement et le rétablissement.

Les soins collaboratifs qui intègrent un éventail de professions contribuent grandement à l’autonomisation des patients en favorisant un accès direct aux soins et le libre choix des patients. Toutefois, d’ici à ce que les cliniques de ce genre deviennent la norme, comment les Canadiens peuvent-ils prendre en main leur propre santé ?

Des choses aussi simples que la prise de conscience de son corps, en particulier de sa posture, peuvent énormément contribuer à atténuer les symptômes associés aux problèmes musculosquelettiques. Demandez à votre chiropraticien ou chiropraticienne des conseils ergonomiques pour optimiser votre poste de travail et prenez l’habitude de faire tous les jours quelques exercices, comme les 12 exercices tout simples de Allez bougez Canada, une appli gratuite conçue par les chiropraticiens canadiens.

Vous n’avez pas de chiropraticien ? Cliquez ici. Trouver un chiropraticien.

Vous voulez en savoir plus sur les soins collaboratifs ? Lisez nos autres billets sur les soins de santé intégrés.

back to top