Skip navigation

World Spine Care – Offrir des soins vertébraux dans les régions du monde mal desservies

Auteur: CCA Staff Team Date: Oct 24, 2018 Blogue, L'expertise chiropratique
  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

Par le Dr  Geoff Outerbridge

Les problèmes relatifs à la colonne vertébrale sont la cause principale d’incapacités dans le monde et entraînent tous les ans la perte de milliards de dollars en coûts de santé, diminution des revenus individuels et perte de productivité de la main-d’œuvre. Les populations dans la plupart des régions du monde, surtout dans les zones rurales, n’ont pas accès aux ressources de santé conventionnelles pour les problèmes liés à la colonne vertébrale.

Contrairement à beaucoup d’autres maladies, il n’existe pas de protocoles ni de modèles complets de soins pour le traitement des problèmes vertébraux, qui sont très divers. Les gens doivent donc supporter la douleur et vivre en étant incapables d’accomplir leurs activités de tous les jours, et ce, sans aucun espoir d’obtenir de l’aide.

Quand un membre de la famille ne peut pas travailler ni soutenir ses proches en raison d’incapacités dues à des problèmes de dos, de cou ou à d’autres types de troubles musculosquelettiques, il peut en résulter une chaîne d’événements catastrophiques dont les conséquences peuvent être particulièrement dévastatrices pour les populations qui dépendent des tâches manuelles pour survivre.

World Spine Care

En 2008, le Dr Scott Haldeman a créé World Spine Care (WSC) afin de répondre au besoin de traitements fondés sur des données probantes pour les problèmes musculosquelettiques, et vertébraux en particulier, dans les régions du monde qui sont mal desservies.

Peu de temps après, neuf établissements d’enseignement s’étaient inscrits comme institutions de collaboration à la recherche. Il existe maintenant une douzaine d’organisations dans le monde qui appuient financièrement WSC; leur nombre et leur niveau de soutien ne cessent d’augmenter.

En 2009, je suis devenu le directeur clinique de WSC et j’avais pour tâche l’établissement du programme et de projets cliniques. Travaillant étroitement avec le Dr Haldeman, notre équipe a créé la trousse d’outils cliniques WSC (documentation et collecte de données) ainsi que le modèle de soins.

WSC est maintenant une vaste organisation mondiale affichant un bilan solide, dont les résultats de recherche se multiplient et qui jouit d’une reconnaissance internationale comme modèle de mise en œuvre de programmes de soins pour la colonne vertébrale dans le monde entier.

Le modèle organisationnel

La mission de WSC est d’améliorer la vie des gens dans les collectivités mal desservies, par l’entremise de traitements vertébraux durables, intégrés et fondés sur des données probantes. L’objectif est de créer un modèle complet pour les soins primaires liés aux problèmes vertébraux. Chaque clinique vise à être entièrement intégrée au système de santé local et à établir des compétences jusqu’à ce que l’ensemble du programme soit exécuté localement, de façon durable et adaptable.

Le modèle de soins de WSC est conforme aux priorités établies par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) : atteindre les normes de santé les plus élevées possibles, améliorer l’accès aux soins (l’objectif étant l’universalité des soins de santé), offrir des soins fondés sur des données probantes et faire en sorte que les prestataires de soins soient axés sur les personnes et intégrés aux autres services de santé. En 2016, l’OMS a reconnu WSC comme un modèle prometteur et l’a inclus dans son profil en ligne à des fins éducatives et pour indiquer la possibilité d’une collaboration potentielle1.

L’équipe de WSC regroupe des chirurgiens, des physiothérapeutes, des chiropraticiens, des chercheurs, des rhumatologues, des radiologues et de nombreux autres intervenants du domaine des soins vertébraux. Dans chaque région, les facteurs de durabilité intégrés comprennent la coopération locale, le bénévolat temporaire d’étrangers, l’acquisition de compétences au niveau local et la formation de spécialistes de la colonne vertébrale.

Le rôle des spécialistes des soins vertébraux

Sur le terrain, nous favorisons la présence d’un spécialiste des soins vertébraux primaires dans l’équipe de soins, ce qui a été accepté par tous les ministères de la Santé participants. Les cliniciens de WSC augmentent les connaissances des professionnels locaux en matière de soins intégrés fondés sur des données probantes et centrés sur les personnes, tout en se familiarisant avec les croyances et les coutumes locales, les défis de santé particuliers et les maladies qui existent dans la région.

Recherche clinique

WSC utilise les meilleures données probantes pour guider les soins cliniques. En s’appuyant sur les données recueillies dans les cliniques, WSC complète les résultats de recherche sur les problèmes vertébraux dans les régions mal desservies. L’organisme a un programme de recherche efficace et a publié à ce jour huit articles dans des revues scientifiques révisées par des pairs; d’autres articles de recherche seront publiés cette année.

Soins intégrés à la collectivité

Il existe actuellement six cliniques WSC dans quatre pays : trois au Botswana et une au Ghana, en Inde et en République dominicaine; d’autres cliniques sont en développement.

Chaque endroit est unique de par sa langue, sa culture et sa situation politique. WSC tient compte de ces aspects en s’adaptant aux besoins locaux, tout en maintenant les principes et les éléments du modèle de prestation des soins vertébraux.

En 2011, ma famille et moi avons déménagé au Botswana pour établir les cliniques modèles à Mahalapye et à Shoshong. Ce pays a été choisi non seulement pour sa sécurité et sa beauté, mais aussi en raison de son gouvernement, du réseau local de soins de santé et du soutien communautaire.

Notre arrivée dans le pays n’a pas été idéale. La maison louée par le gouvernement pour ce projet naissant avait besoin de travaux considérables : il fallait relocaliser les poules, chasser les serpents et les scorpions, et régler les problèmes électriques et les fuites pendant la saison des pluies.

En mars 2018, le Dr Stefan Eberspaecher a inauguré une clinique WSC dans le principal hôpital de la capitale, Gaborone. Le ministère de la Santé et du Bien-Être a offert son appui complet et de l’aide financière pour étendre le programme de soins vertébraux à chaque hôpital de district du pays.

En République dominicaine, WSC a ouvert une clinique en collaboration avec un organisme de bienfaisance local en novembre 2014. La clinique a été bien accueillie par les professionnels de la santé locaux ainsi que par les politiciens, qui ont fourni du financement local pour assurer sa durabilité. Le Canadian Memorial Chiropractic College y a envoyé des étudiants pour qu’ils acquièrent une expérience clinique à court terme sous la supervision de la Dre Patricia Taveras, qui a proposé le programme de WSC dans ce pays.

En 2016, la Dre Afua Adjei Kwayisi, médecin et chiropraticienne ghanéenne, a fondé une clinique WSC dans un hôpital régional du Ghana. La même année, la Dre Margareta Nordin, vice-présidente de WSC, a créé un programme WSC en Inde, en partenariat avec la Dre Rajani Mullerpatan de la Mahatma-Gandhi Mission University.

Bien qu’elle n’interagisse pas directement avec le système de santé public, la clinique WSC indienne a été établie dans un hôpital local et donne aux cliniciens l’accès complet à l’imagerie, fait des recommandations aux professionnels et aux spécialistes médicaux et leur offre la possibilité de collaboration interprofessionnelle.

Une deuxième clinique est en cours de développement en Inde dans le centre de santé local d’un village, ce qui permettra de rapprocher les soins vertébraux des patients qui ne peuvent pas voyager pendant des heures pour se rendre à l’hôpital.

Un projet fondé sur le bénévolat

Le projet WSC est presque entièrement mené par des bénévoles. Un grand nombre d’entre eux y participent activement même s’ils ont déjà un emploi à temps plein. Sans cet engagement altruiste de nombreuses personnes, WSC n’existerait pas.

Depuis le début, plus de 100 bénévoles de 16 pays ont contribué à WSC. Ils ont assumé le rôle de superviseur de la clinique, d’adjoint clinique, de chercheur, de dirigeant ou de membre du conseil de WSC, de professeur de yoga, de conseiller clinique et scientifique, d’agent de communication ou de collecteur de fonds.

Il est inspirant de voir autant de cliniciens, de chercheurs et d’autres professionnels de la santé disposés à offrir énormément de temps et d’expertise pour faire réussir le projet WSC.

L’avenir

WSC actualise constamment son modèle de soins, crée de nouveaux projets, développe des compétences et demande l’appui des organisations, des institutions et des individus.

WSC a connu tellement de succès qu’on nous demande maintenant d’aider à créer des programmes de soins vertébraux dans d’autres pays.

Nous espérons que plus de chiropraticiens participeront à la collecte de fonds et au bénévolat pour assurer la réussite de WSC et de la chiropratique à l’échelle mondiale.

Pour en savoir plus sur World Spine Care, les associations qui soutiennent le projet et la façon dont vous pourriez y contribuer, allez à worldspinecare.org.

Reference

1. Creating a sustainable model of spine care in underserved communities in Botswana. WHO Collaborating Centre for Integrated Health Services based on Primary Care website. August 17, 2016. www.integratedcare4people.org. Accessed February 13, 2018.

 

retour