Skip navigation

4 mesures pour prévenir les blessures sportives

  • Share Page:
  • facebook
  • twitter

L’été tire à sa fin et les programmes sportifs de l’automne vont commencer : c’est le bon moment de réfléchir aux moyens de bien se préparer à l’entraînement, de prévenir les blessures et de les traiter.

Que vous pratiquiez un sport depuis peu ou que vous soyez un adepte chevronné, voici quatre mesures à prendre pour prévenir les blessures :

1. S’échauffer : Plus de 30 % des blessures traitées dans les cliniques de médecine sportive sont liées aux muscles squelettiques1. Les échauffements peuvent 1) améliorer la dynamique musculaire afin de prévenir les blessures et 2) préparer le corps pour le stress de l’exercice. Ils peuvent même vous permettre de bouger plus vite. Il faut s’échauffer au moins 15 minutes avant un exercice quel qu’il soit pour en tirer le maximum de bienfaits. La séance d’échauffement doit comprendre des étirements à la fois « statiques » et « dynamiques ». Un étirement est statique lorsqu’on le tient pendant un certain temps (par exemple, ramener le genou sur la poitrine). Les étirements dynamiques se font en mouvement (par exemple, les fentes avant).

2. Veiller à boire de l’eau et à manger : Les études actuelles indiquent qu’une ingestion adéquate de liquides et de nutriments pendant une séance d’exercice accroît la performance d’un sportif2. Dans le cas d’une activité physique intense, les électrolytes (comme les boissons pour sportifs), les hydrates de carbone et les protéines constituent des éléments importants avant et après l’entraînement : ils maintiennent le poids du corps, reconstituent les réserves d’énergie dans les muscles, fournissent les protéines nécessaires à la guérison des tissus et réduisent le risque de déshydratation.

3. Se reposer : Les blessures dues à un surentraînement comptent parmi les plus courantes en médecine sportive. Le phénomène du surentraînement se produit lorsqu’un sportif fait trop d’exercice sans se laisser une période de récupération suffisante par la suite3. Il a toutes sortes de conséquences comme une baisse de la performance, l’affaiblissement du système immunitaire, des lésions musculaires, une diminution des réserves d’énergie dans les muscles, ainsi que de la fatigue. Il est important que les sportifs suivent un programme prévoyant un temps de récupération optimal entre les périodes d’entraînement.

4. Reconnaître les blessures : Les sportifs sont sujets aux blessures. Que ce soit pendant les entraînements ou les pratiques en vue d’éliminatoires, ils sollicitent beaucoup leur corps et en attendent beaucoup en retour. Cela peut donner lieu, entre autres, à des entorses, à des foulures, à des restrictions dans la mobilité, à des maux de dos ou de cou et à des enflures. Il est important que les sportifs portent attention aux petites blessures et les fassent soigner avant qu’elles s’aggravent. Il est établi que la chiropratique peut soulager ces maux par le recours à divers soins, y compris la thérapie des tissus mous, les manipulations vertébrales, la stimulation électrique, les exercices de réadaptation et les bandages athlétiques.

Autant les sportifs amateurs que professionnels se tournent vers les chiropraticiens pour qu’ils fassent partie de leur équipe de professionnels de la santé.

Les chiropraticiens qui travaillent avec des sportifs sont généralement considérés comme des experts de la colonne vertébrale, des muscles et du système nerveux à qui on fait appel pour traiter des blessures dues au sport. Pourtant, ils ne font pas que traiter les blessures à la colonne vertébrale, aux muscles et au système nerveux; ils peuvent aussi fournir des soins d’urgence, effectuer des examens précompétition et même agir comme spécialistes des blessures sportives et travailler avec les entraîneurs et autres professionnels de la santé dans l’intérêt général du sportif. Ces rôles font tous partie de la grande catégorie des soins de santé aux sportifs4.

Pour déterminer quelles activités et quels exercices correspondent le mieux à vos besoins, adressez-vous à votre chiropraticien.

Références

1. Woods K, Bishop P, Jones E. Warm-up and stretching in the prevention of muscular injury. Sports Med. 2007; 37(12): 1089-99. PMID: 18027995.

2. American College of Sports Medicine; American Dietetic Association; Les diététistes du Canada. Joint Position Statement: nutrition and athletic performance. Med Sci Sports Exerc. 2000; 32(12): 2130-45. PMID: 11128862.

3. Fry RW, Morton AR, Keast D. Overtraining in athletes: an update. Sports Med. 1991; 12(1): 32-65. PMID: 1925188.

4. Miners AL. Chiropractic treatment and the enhancement of sport performance: a narrative literature review. JCCA. 2010; 54(4): 210-21. PMCID: PMC2989393.
retour