Skip navigation

Dorsal scapular nerve neuropathy: a narrative review of the literature

Objective: The purpose of this paper is to elucidate this little known cause of upper back pain through a narrative review of the literature and to discuss the possible role of the dorsal scapular nerve (DSN) in the etiopathology of other similar diagnoses in this area including cervicogenic dorsalgia (CD), notalgia paresthetica (NP), SICK scapula and a posterolateral arm pain pattern.
Background: Dorsal scapular nerve (DSN) neuropathy has been a rarely thought of differential diagnosis for mid scapular, upper to mid back and costovertebral pain. These are common conditions presenting to chiropractic, physiotherapy, massage therapy and medical offices.
Methods: The methods used to gather articles for this paper included: searching electronic databases; and hand searching relevant references from journal articles and textbook chapters.
Results: One hundred-fourteen articles were retrieved. After removing duplicates, there were 57 articles of which 29 were retrieved. There were 26 articles and textbook chapters retrieved by hand searching equaling 55 articles retrieved of which 47 relevant articles were used in this report.
Discussion: The anatomy, pathway and function of the dorsal scapular nerve can be varied and exceptionally rarely may include a sensory component. The signs and symptoms, therefore, may include pain, atrophy, scapular winging, and dysesthesia. The mechanism of injury to the DSN is also quite varied ranging from postural to overuse in overhead work and sport. Other conditions in this area, including CD, NP, SICK scapula and a posterolateral arm pain pattern bear a striking resemblance to DSN neuropathy.
Conclusion: DSN neuropathy should be included in the list of common differential diagnoses of upper and mid-thoracic pain, stiffness, dysesthesia and dysfunction. The study also brings forward interesting connections between DSN neuropathy, CD, NP, SICK scapula and a posterolateral arm pain pattern.

Objectif : Ce document a pour objectif d’élucider cette cause peu connue de douleur dans le haut du dos par un examen narratif de la littérature, ainsi que de discuter du rôle possible du nerf scapulaire dorsal (NSD) dans l’étiopathologie d’autres diagnostics semblables dans ce domaine, y compris la dorsalgie cervicogénique (DC), la notalgie paresthésique (NP), l’omoplate SICK et un schéma de douleur postérolatérale au bras.
Contexte : La neuropathie du nerf scapulaire dorsal (NSD) constitue un diagnostic différentiel rare pour la douleur mi-scapulaire, costo-vertébrale et au bas/haut du dos. Il s’agit de troubles communs qui surgissent dans les cabinets de chiropratique, de physiothérapie, de massothérapie et de médecin.
Méthodologie : Les méthodes utilisées pour rassembler les articles de ce document comprenaient la recherche dans des bases de données électroniques et la recherche manuelle de références pertinentes dans des articles de journaux et des chapitres de traités.
Résultats : On a extrait 114 articles. Une fois les dédoublements éliminés, il y avait 57 articles, desquels 29 ont été extraits. Il y avait 26 articles et chapitres de traités extraits à la main, ce qui donne 55 articles extraits, desquels 47 articles pertinents ont été utilisés pour ce rapport.
Discussion : L’anatomie, la voie et la fonction du nerf scapulaire dorsal peuvent être variées et, exceptionnellement, comprendre un facteur sensoriel. Par conséquent, les signes et symptômes peuvent comprendre la douleur, l’atrophie, le décollement scapulaire et la dysesthésie. Le mécanisme de blessure du NSD est lui aussi très varié, allant de la posture au travail/sport au-dessus de la tête. D’autres troubles dans ce domaine, dont la DC, la NP, l’omoplate SICK et un schéma de douleur postéro-latérale au bras, ressemblent étrangement à la neuropathie du NSD.
Conclusion : Il faut inclure la neuropathie du NSD dans la liste des diagnostics différentiels communs pour la douleur thoracique supérieure et médiane, la raideur, la dysesthésie et le dysfonctionnement. De plus, l’étude
met en évidence d’intéressants liens entre la neuropathie du NSD, la DC, la NP, l’omoplate SICK et un schéma de douleur postéro-latérale au bras.

back to top