Skip navigation

A case report of a congenital cleft of the anterior atlas arch: a rare variant of the atlas mimicking fracture

Congenital anterior midline clefts of the atlas are rare developmental anomalies with only a few reported cases in the literature. This normal variant of the atlas results when the anterior arch fails to fuse during the ossification process. Series of cadaveric dissections have demonstrated anterior midline atlas clefts in 0.1 -0.2% of the general population. Histological examinations have revealed that the bony defect, which ranges from 1 – 5 millimetres in width, is bridged by fibrocartilagenous tissue, resulting in what is generally believed to be a stable atlas. Radiographically, congenital anterior clefts mimic many types of atlantal fractures, including Jefferson burst fractures, and vertical fractures of the anterior arches. The distinct radiographic appearances of congenital clefts and acute fractures of the atlas help to distinguish them from each other. In the majority of cases, anterior clefts of the atlas remain undetected and have no clinical ramifications. Detection usually occurs during emergency post-traumatic radiographic imaging of the upper cervical spine. Under these circumstances, the presence of this congenital anomaly can make it difficult to differentiate between an acute fracture and a congenital variant. Where there is suspicion of fracture, computed tomography (CT) must be considered, as it is the most useful means of differentiating between these two clinical entities. Chiropractors considering spinal manipulative therapy should be concerned with stability of an atlas with an anterior cleft, particularly in patients with a recent history of injury to the cervical spine. Appropriate clinical and radiographic examinations must be used to rule out cervical spine instability, before treatment is commenced. A reasonable course of treatment may include the judicious use of spinal manipulation. (JCCA 1997; 41(1):9-15)
Key Words: abnormalities, athletic injuries, atlas; cervical vertebrae, chiropractic, diagnosis, differential, radiography, sports medicine, manipulation

Les fentes congénitales antérieures médianes de l’atlas sont des anomalies de développement rares. Quelques cas seulement ont été signalés dans la littérature. Cette variante normale de l’atlas apparaît lorsque l’arc antérieur ne parvient pas à fusionner lors du processus d’ossification. Plusieurs séries de dissections de cadavres ont démontrés des fentes antérieures médianes de l’atlas chez 0,1 à 0,2% de la population globale. Des examens histologiques ont montré que le défaut osseux, allant de 1 à 5 mm de largeur, était couvert par le tissu fibrocartilagineux, et ressemblait donc à un atlas stable. Sur les radiographies, les fentes congénitales antérieures ressemblent à de nombreux types de fracture atloïdiennes, y compris les fractures de Jefferson et les fractures verticales des arcs antérieurs. La physionomie distincte des fentes congénitales et des fractures aiguës de l’atlas sur une radiographie permet de les distinguer les unes des autres. Dans la majorité des cas, les fentes antérieures de l’atlas ne sont pas détectées et n’ont aucune ramification clinique. Elles sont généralement identifiées sur les radios d’urgence de la colonne cervicale supérieure qui sont effectuées à l’issue d’un traumatisme. Dans ces circonstances, la présence de cette anomalie congénitale peut compliquer le processus de différentiation entre une fracture aiguë et une variante congénitale. Lorsqu’on suspecte une fracture, on doit envisager la tomographie par ordinateur, car il s’agit du moyen le plus utile de différentier ces deux entités cliniques. Les chiropraticiens qui envisagent une manipulation vertébrale doivent s’inquiéter de la stabilité de l’atlas avec fente antérieure, particulièrement chez les patients présentant des antécédents récents de blessure de la colonne cervicale. Des examens cliniques et radiographiques appropriés doivent être utilisés pour écarter le risque d’instabilité de la colonne cervicale, avant de commencer le traitement. Un traitement raisonnable pourrait inclure des manipulations judicieuses de la colonne. (JCCA 1997; 41(1):9-15)
Mots-clés: anormalités, blessures sportives, atlas, vertèbre cervicale, chiropratique, diagnostic, différentiel, radiographie, médecine sportive, manipulation

back to top