Skip navigation

Effect of whole body vibration on cervical (neck) proprioception in young, healthy individuals serving as their own control: a pilot study

Objective: The objective of this pilot study is to determine the effects of whole body vibration on head repositioning accuracy.
Methods: Twenty-one participants had a bicycle helmet with an attached laser pointer placed on their heads while standing on a vibration platform. After aligning the laser beam to their determined neutral position on wall-mounted chart paper, they were instructed to close their eyes, flex their neck maximally then return to their perceived neutral position. The point where the laser beam stopped as close to the neutral
position as possible was marked on the chart and the sequence was repeated for extension, left and right rotation and left and right lateral flexion. The vibration platform was then activated and the process was repeated for the same six neck movements.
Results: T-tests showed significant differences (p <0.01) for head repositioning errors between normal and vibration data for all neck movements (in mm), except flexion, with vibration trials exhibiting greater re-positioning errors. Data tabulated from the four Cartesian quadrants demonstrated a preponderance of overshoot re-positioning errors in which the laser stopped in individual Cartesian quadrants for each
movement and each subject.
Conclusions: Whole body vibration contributes to greater head repositioning errors in young, healthy, asymptomatic individuals. Larger scale trials should establish a normal data base for head re-positioning with vibration. Future studies might investigate the relationship between whole body vibration on neck proprioception as an indicator of therapeutic efficacy in neck disorders.

Objectif : La présente étude pilote vise à examiner les effets de la vibration transmise à l’ensemble du corps sur la précision du repositionnement de la tête.
Méthodologie : On a demandé à vingt et un participants de se tenir en station debout sur une plateforme vibrante en portant un casque de cycliste
équipé d’un pointeur au laser. Après avoir aligné le faisceau laser avec leur position neutre sur un tableau à feuilles mural, on a demandé aux participants de fermer les yeux, de fléchir le cou au maximum et de revenir à la position qu’ils percevaient comme neutre. Le point auquel le faisceau laser s’est arrêté le plus près possible de la position neutre a été marquée sur le tableau; on a recommencé la séquence pour l’extension, la rotation vers la gauche et vers la droite et la flexion latérale vers la gauche et vers la droite. On a mis en service la plateforme vibrante et repris la séquence pour les six mêmes mouvements du cou.
Résultats : Les tests T ont révélé d’importants écarts (p < 0,01) pour ce qui est des erreurs de repositionnement entre les données normales et les données sur la vibration pour tous les mouvements du cou (en mm), sauf la flexion, les essais avec vibration étant ceux pour lesquels les erreurs de repositionnement étaient les plus graves. Les données totalisées à partir des quatre quadrants cartésiens révélaient une prépondérance d’erreurs de repositionnement lorsque le faisceau laser s’arrêtait dans les quadrants cartésiens individuels pour chaque mouvement et chaque sujet.
Conclusions : La vibration transmise à l’ensemble du corps contribue à une hausse du nombre d’erreurs de repositionnement de la tête chez des sujets jeunes, en bonne santé et asymptomatiques. On devrait faire des essais à plus grande échelle pour créer une base de données sur le repositionnement de la tête après l’exposition à des vibrations. On pourrait faire d’autres études sur le lien existant entre la vibration transmise
à l’ensemble du corps et la proprioception cervicale servant d’indicateur de l’efficacité des traitements dans les troubles de la colonne cervicale.

back to top