Skip navigation

A randomized controlled (intervention) trial of ischemic compression therapy for chronic carpal tunnel syndrome

Study Design: Randomized clinical trial. Objective: The aim of this study was to evaluate the effect of ischemic compression therapy in the treatment of chronic carpal tunnel syndrome. Method: Fifty-fi ve patients suffering from carpal tunnel syndrome were randomized to two groups. Thirtyseven patients received 15 experimental treatments which consisted of ischemic compressions at trigger points located in the axilla of the shoulder, the length of the biceps muscle, at the bicipital aponeurosis and at the pronator teres muscle in the hollow of the elbow. Eighteen patients received the control treatment involving ischemic compression on trigger points located in the deltoid muscle, supraspinatus muscle and infraspinatus muscle. Of the 18 patients forming the control group, 13 agreed to receive the experimental treatments after the 15 control treatments. Outcome measures included a validated 18-question questionnaire to assess the severity of symptoms and functional status in carpal tunnel syndrome, and a quantifi cation of the patients’ perceived improvement, using a scale from 0% to 100%. Outcome measures evaluations were completed at baseline, after 15 treatments, 30 days following the last treatment, and 6 months later. Results: For the disability questionnaire, a signifi cant reduction of symptoms was noted only in the experimental group. In the experimental group the outcome at baseline was 33.5 (SD, 10.3); after 15 treatments it was 18.6 (SD, 7.0). The control group outcome at baseline was 36.3 (SD, 15.2); after 15 treatments it was 26.4 (SD, 9.9) and after the crossover (15 control treatments plus 15 experimental treatments) 20.2 (SD, 12.2). A signifi cant between group difference (P < 0.021) was noted in the patients’ perceived improvement after 15 treatments: 67 (SD, 26) percent and 50 (SD, 25) percent respectively for the experimental and control groups. Conclusion: This practice-based clinical trial suggests that myofascial therapy using ischemic compression the length of the biceps, at the bicipital aponeurosis, at the pronator teres and at the subscapularis muscles could be a useful approach to reduce symptoms associated with the carpal tunnel syndrome. Patients’ perceived improvement in functional capacities persisted over a 6-month period. (JCCA 2010; 54(3):155–163) Key Words: chiropractic, myofascial trigger points, ischemic compression, carpal tunnel syndrome, randomized clinical trial Méthodologie : essai clinique randomisé. Objectif : le but de la présente étude est d’évaluer l’effet de la compressothérapie ischémique dans le traitement du syndrome du canal carpien chronique. Méthode : Cinquante-cinq patients souffrant du syndrome du canal carpien ont été séparés aléatoirement en deux groupes. Trente-sept patients ont reçu 15 traitements expérimentaux, qui consistaient en des compressions ischémiques à des points gâchettes situés dans le creux axillaire de l’épaule, le long du biceps, à l’aponévrose bicipitale et au muscle rond pronateur situé dans le creux du coude. Dix-huit patients ont reçu le traitement contrôle, qui comprenait des compressions ischémiques sur des points gâchettes situés dans le muscle deltoïde, le muscle sus-épineux et le muscle sous-épineux. Des 18 patients du groupe contrôle, 13 ont accepté de recevoir les traitements expérimentaux à la suite des 15 traitements contrôles. Les mesures des résultats incluent un questionnaire validé de 18 questions servant à évaluer la gravité des symptômes et les capacités fonctionnelles relativement au syndrome du canal carpien, ainsi qu’une quantifi cation des améliorations perçues par les patients, au moyen d’une échelle allant de 0 % à 100 %. Les évaluations mesurant les résultats ont été effectuées au niveau de base, après 15 traitements, 30 jours après le dernier traitement et six mois plus tard. Résultats : du côté du questionnaire sur l’invalidité, une diminution signifi cative des résultats n’a été remarquée que chez le groupe expérimental. Pour le groupe expérimental, le résultat au niveau de base était de 33,5 (écart-type : 10,3); après 15 traitements, il était de 18,6 (écart-type : 7,0). Le résultat du groupe contrôle au niveau de base était de 36,3 (écart-type : 15,2); après 15 traitements, il était de 26,4 (écarttype : 9,9) et après le traitement croisé (15 traitements contrôles et 15 traitements expérimentaux) de 20,2 (écart-type : 12,2). Une différence signifi cative entre les groupes (p < 0,021) a été notée dans la perception qu’ont les patients de leur amélioration après 15 traitements : 67 % (écart-type : 26) et 50 % (écarttype : 25) respectivement pour le groupe expérimental et le groupe contrôle. Conclusion : Cet essai clinique fondé sur la pratique suggère que la thérapie myofasciale au moyen de compressions ischémiques le long du biceps, à l’aponévrose bicipitale, au muscle rond pronateur et aux muscles subscapulaires pourrait s’avérer un moyen utile de réduire les symptômes associés au syndrome du canal carpien. L’amélioration des capacités fonctionnelles, telle que perçue par les patients, a persisté pendant 6 mois. (JCCA 2010; 54(3):155–163) Mots-clés: chiropratique, point gâchette myofascial, compressions ischémiques, syndrome du canal carpien, essai clinique randomisé.

back to top