Skip navigation

Knowledge and management of Adolescent Idiopathic Scoliosis among family physicians, pediatricians, chiropractors and physiotherapists in Québec, Canada: An exploratory study

Background: Health professionals (HPs) are likely to encounter adolescent idiopathic scoliosis (AIS) patients. Best practice dictates that early detection leads to better decision making regarding optimal management. The aim of our study was to appraise the basic knowledge, evaluation and management skills concerning AIS care among family physicians, pediatricians, chiropractors, and physiotherapists. Methods: A semi-structured questionnaire including 3 clinical scenarios was developed. Telephone interviews were conducted with 51 HPs to assess their knowledge of the clinical signs, risk factors, and management options of AIS and their preferences in clinical guidelines for AIS care. Results: The majority of HPs (70-90%) would refer the patient who required prompt referral, but only 38-60% actually rated the case as requiring prompt referral. Forty percent of HPs (predominantly physiotherapists and family physicians) stated that they would not be comfortable providing AIS patient followup. Access to specialized care was considered a problem, and nearly all believed that establishment of clinical guidelines would be beneficial. Conclusions: Considerable gaps exist regarding the knowledge of the clinical signs and risk factors of AIS. The importance of a patient in need of a prompt referral is recognized by the majority of the HPs, but they believe that there are problems regarding accessibility to a specialist. Interprofessional collaboration is discussed as a promising approach to improve the management of AIS.(JCCA2013;57(3):251-259)
Key Words: adolescent idiopathic scoliosis, education, musculoskeletal system, health professionals, clinical signs, risk factors

Antécédents: Les patients porteurs d’une scoliose idiopathique (SI) peuvent être évalués par différents professionnels de la santé. La bonne pratique nous dicte qu’une détection précoce mène à une prise en charge optimale. Le but de notre étude visait à évaluer les connaissances en lien avec l’évaluation clinique et la prise en charge des patients scoliotiques parmi les médecins de famille, les pédiatres, les chiropraticiens et les physiothérapeutes. Méthodologie : Nous avons conçu un questionnaire semi-structuré incluant 3 scénarios cliniques. Des entrevues téléphoniques ont été effectuées auprès de 51 professionnels de la santé. En plus d’évaluer leurs connaissances en lien avec les signes cliniques, les facteurs de risques et la prise en charge des patients, nous avons voulu mesurer leurs préférences dans l’élaboration éventuelle d’un guide de bonnes pratiques. Résultats : En présence d’un patient nécessitant une évaluation en soin spécialisé, 70 à 90 % des professionnels sont en accord avec l’importance de la référence. Néanmoins, seulement 38 à 60 % de ceux-ci ont bien identifié le cas nécessitant une référence. Les professionnels (40 %), particulièrement les médecinsgénéralistes et les physiothérapeutes, ne semblent pas à l’aise à effectuer le suivi clinique. L’accessibilité aux soins spécialisés est perçue comme un problème. L’élaboration d’un guide de pratique serait bénéfique. Conclusion : Il existe des lacunes considérables à l’égard des connaissances des signes cliniques et des facteurs de risque en lien à la scoliose idiopathique de l’adolescent. La majorité des professionnels reconnaissent l’importance de référer un cas urgent mais notent les difficultés d’accessibilité des spécialistes. La collaboration interprofessionnelle apparait comme une avenue prometteuse pour améliorer la prise en charge de ces patients.(JCCA2013;57(3):251-259)
Mots-clés: scoliose idiopathique adolescente, éducation, système musculosquelettique, signes cliniques, facteurs de risques, professionnels de la santé

back to top