Skip navigation

Chiropractors’ characteristics associated with their number of workers’ compensation patients

Study design: A cross-sectional survey.
Objective: The purpose of this study was to identify characteristics of Canadian doctors of chiropractic (DCs) associated with their number of workers’ compensation patients.
Summary of background data: It has been previously hypothesized that DCs that treat a relatively high volume of workers’ compensation cases may have different characteristics than the general chiropractic community.
Methods: Secondary data analyses were performed on data collected in the 2011 survey of the Canadian Chiropractic Resources Databank (CCRD). The CCRD survey included 81 questions concerning the practice and concerns of DCs. Of the 6,533 mailed questionnaires, 2,529 (38.7%) were returned. Of these, 652 respondents did not meet our inclusion criteria, and our final study sample included 1,877 respondents. Bivariate analyses were conducted between predetermined independent variables and the annual number of workers’ compensation patients. A negative binomial multivariate regression was performed to identify significant factors associated with the number of workers’ compensation patients.
Results: On average, DCs received 10.3 (standard deviation (SD) = 17.6) workers’ compensation cases and nearly one-third did not receive any such cases. The type of clinic (other than sole provider), practice area population (smaller than 500,000), practice province (other than Quebec), number of practice hours per week, number of treatments per week, main sector of activity (occupational/ industrial), care provided to patients (electrotherapy, soft-tissue therapy), percentage of patients with neuromusculoskeletal conditions, and percentage of patients referred by their employer or a physician were associated with a higher annual number of workers’ compensation cases.
Conclusion: Canadian DCs who reported a higher volume of workers’ compensation patients had practices oriented towards the treatment of injured workers, collaborated with other health care providers, and facilitated workers’ access to care.
(JCCA. 2015; 59(3):202-215)

Key words: chiropractic, Workers’ Compensation Board, occupational, work related, survey, care seeking

Plan d’étude : Une enquête transversale.
Objectif : Cette étude visait à déterminer les caractéristiques des chiropraticiens canadiens associées à leur nombre de patients traités pour accidents de travail.
Introduction : Selon des hypothèses émises précédemment, les chiropraticiens qui traitent un nombre relativement élevé de patients pour accidents de travail peuvent avoir des caractéristiques différentes de l’ensemble des chiropraticiens.
Méthodologie : Des analyses secondaires de données ont été effectuées sur des données recueillies dans l’enquête de 2011 de la banque de données de ressources chiropratiques canadiennes (CCRD). Cette enquête comportait 81 questions relatives à l’exercice et aux préoccupations des chiropraticiens. Sur les 6 533 questionnaires envoyés, il y a eu 2 529 (38,7 %) réponses. Parmi celles-ci, 652 ne répondaient pas à nos critères d’inclusion. Donc, l’échantillon final utilisé pour notre étude comprenait 1 877 répondants. Des analyses bivariées ont été menées entre les variables indépendantes prédéterminées et le nombre annuel de patients traités pour accidents de travail. Une régression multivariée binomiale négative a été réalisée pour déterminer les facteurs importants associés avec le nombre de patients traités pour accidents de travail.
Résultats : En moyenne, les chiropraticiens ont traité 10,3 (écart-type = 17,6) patients pour accidents de travail et près d’un tiers n’ont pas reçu de tels cas. Les facteurs suivants ont été associés à un nombre annuel plus élevé de patients traités pour accidents de travail : type de clinique (autre que fournisseur unique), population de la ville de la clinique (inférieure à 500 000), province de la clinique (autre que le Québec), nombre d’heures de cabinet par semaine, nombre de traitements par semaine, principal secteur d’activité (professionnelle / industrielle), soins prodigués aux patients (électrothérapie, thérapie des tissus mous), pourcentage de patients atteints de maladies neuromusculo-squelettiques, et pourcentage de patients référés par leur employeur ou un médecin.
Conclusion : Les chiropraticiens canadiens qui ont déclaré un nombre plus élevé de patients traités pour accidents de travail avaient des pratiques axées sur le traitement des travailleurs blessés, ont collaboré avec d’autres fournisseurs de soins de santé, et ont facilité l’accès aux soins des travailleurs.
(JCCA. 2015; 59(3):202-215)

Mots clés : chiropratique, commission des accidents du travail, lié au travail, enquête, recours aux soins

back to top