Skip navigation

Employeurs

Les troubles musculosquelettiques (MS) constituent le problème de santé le plus lourd pour l’économie canadienne et la deuxième cause d’absentéisme en Amérique du Nord. 

Au Canada, le vieillissement de la population et la baisse de la natalité entraînent une contraction progressive de la main-d’œuvre. En plus d’adopter des mesures pour attirer une main-d’œuvre de qualité, le Canada doit investir dans le maintien d’une population active productive.

Pour la plupart des employeurs, la rétention d’employés sains et productifs est devenue une priorité.  Le fait d’offrir un régime de santé complémentaire étendu donne aux employés l’accès à des programmes de santé et de mieux-être qui contribuent au maintien d’un état de santé optimal.

En tant que professionnels de première ligne, les chiropraticiens peuvent jouer un rôle important dans l’amélioration de la santé et de la productivité en milieu de travail, ainsi que dans la diminution de l’absentéisme et de l’invalidité. En privilégiant les soins les plus indiqués, les entreprises pourront mieux répondre aux besoins complémentaires de leur personnel contenir leurs coûts.

Pourquoi votre entreprise a-t-elle besoin d’un régime d’assurance-maladie complémentaire qui couvre la chiropratique ? 

  • Tous les ans, plus de 11 millions de Canadiens souffrent de douleurs lombaires1.
  • À eux seuls, les troubles MS accaparent 10,3 % des dépenses en santé 2, qui incluent les coûts directs (traitement et réadaptation) et les coûts indirects (perte de productivité).
  • Le tiers des pertes de temps de travail est causé par des douleurs dorsales, ce qui a un effet direct sur la productivité 3, 4.

Selon les données des régimes d’indemnité pour accidents du travail, les employés souffrant de lombalgie qui sont traités par un chiropraticien reprennent le travail plus rapidement et affichent un taux de chronicité moindre 5, 6.

Au Canada, l’intégration des services chiropratiques dans des modèles de soins novateurs a démontré l’efficacité de cette forme de traitement.

« L’inclusion de consultations en chiropratique dans notre modèle de traitement collaboratif semble avoir contribué à réduire les visites médicales répétées pour des problèmes de cervicalgie et de dorsalgie. Nous constatons également un potentiel de diminution des consultations aux urgences pour des douleurs dorsales aiguës et des consultations en médecine spécialisée. Ce type d’innovation se traduit par une amélioration de la qualité des soins et par des économies importantes pour le système de santé canadien. »
– Dre Deborah Kopansky-Giles, DC, coordonnatrice du programme de chiropratique au St. Michael’s Hospital.

Vos employés font-ils partie des 4,5 millions de Canadiens qui, tous les ans, bénéficient de services chiropratiques ?


1. Canadian Orthopaedic Care Strategy Group. (2010). Building a Collective Policy Agenda for Musculoskeletal Health and Mobility.
 2. Canadian Institutes of Health Research. Investing in Canada's Future 2004-2005: Arthritis. Ottawa: CIHR; 2012 [updated 23 November 20063 July 2012]; Retrieved from www.cihr-irsc.gc.ca/e/documents/arthritis_mpkit_2005_e.pdf.
 3.Cleland, J. Childs, J. Frtiz, J. Emberhart, S. Development of a clinical prediction rule for guiding treatment of a subgroup of patients with neck pain: use of thoracic spine manipulation, exercise, and patient education. Physical Therapy.2007 Jan;87(1):9-23 
 4. Lutteman, A., Jager, M., Griefahn, B. 
Preventing musculoskeletal disorders in the workplace. Protecting Workers' Health Series No. 5.2003 
 5. Nyiendo, J. (1991). Disabling Low Back Oregon Workers’ Compensation Claims Part II: Time Loss. JMPT, 14(4): 231-239.
 6. CSPAAT. (2004). Program of Care for Acute Low Back Injuries One-Year Evaluation Report.

 

retour