Skip navigation

Travailleurs

Les problèmes musculosquelettiques de nature professionnelle constituent la principale cause d’incapacité au travail1,2.

Selon les IRSC, les troubles MS représentent à eux seuls 10,3 % du fardeau financier inhérent à l’ensemble des maladies au Canada3. Ce chiffre comprend les coûts de traitement, de réadaptation et d’arrêt de travail. La prévalence de la dorsalgie et les coûts qui y sont associés ont augmenté de manière exponentielle, et on s’attend à ce que cette hausse se poursuive. Malheureusement, les problèmes MS peuvent affecter tout le monde et ne se limitent pas à certains secteurs. En fait, dans la plupart des provinces canadiennes, les troubles MS sont la principale cause de demandes d’indemnité au sein de la main-d’œuvre4.

Position assise

Le travail sédentaire et les longues périodes en position assise ont des effets sur la santé, notamment MS. Ces effets peuvent être considérables et accroître entre autres les risques de blessures et de douleurs.

Ainsi, les emplois qui nécessitent d’être longtemps assis provoquent des douleurs dorsales et cervicales. En fait, la prévalence des troubles MS est plus élevée parmi les travailleurs sédentaires, le tiers des arrêts de travail étant attribuables à ce genre de problème5,6.

En réalité, les emplois qui requièrent de longues périodes assises rendent les gens qui les occupent plus vulnérables aux troubles MS. Il est cependant possible de diminuer ce risque :

  • se tenir debout lorsque l’on parle au téléphone ou durant le lunch
  • prendre de fréquentes pauses actives
  • essayer de travailler debout à un pupitre si cela est possible
  • intégrer une activité physique dans votre horaire, avant ou après le travail

Nos experts vous aident

La chiropratique est un traitement accessible et efficace des troubles MS, notamment les douleurs dorsales, qui enregistre un taux de satisfaction élevé parmi les patients7. Des études ont démontré que les travailleurs blessés traités en chiropratique reprennent le travail plus rapidement et à moindre coût8,9. En tant qu’experts en santé MS, les chiropraticiens sont spécialisés dans les soins vertébraux , ce qui fait d’eux les fournisseurs préférentiels en matière d’évaluation, de diagnostic et de traitement des douleurs dorsales, blessures et troubles connexes. Le plan de traitement chiropratique global peut inclure des conseils sur la prévention des blessures de nature professionnelle – normes ergonomiques, étirements et exercices – qui contribuent à la santé des employés.

Soulagement de la douleur cervicale et lombaire : Les soins conservateurs, notamment l’ajustement vertébral et la mobilisation manuelle des articulations et tissus mous, peuvent aider à réduire les symptômes et à améliorer les fonctions du corps ainsi que la posture.

Retour plus rapide au travail : Des études ont démontré que les travailleurs blessés traités en chiropratique reprennent le travail plus rapidement8,9. L’approche multimodale avec ajustement, combinée à un plan d’exercices et de réadaptation ainsi qu’à des changements professionnels et de mode de vie, a fait la preuve de son efficacité dans le traitement du personnel de divers secteurs.

Prévention de la récurrence : En tant qu’experts en santé MS, les chiropraticiens sont formés pour évaluer la mobilité, les fonctions et les contraintes professionnelles, notamment ergonomiques, afin de créer un environnement de travail qui diminue les risques de troubles MS. Les chiropraticiens peuvent, par exemple, vous conseiller une chaise ergonomique, un support dorsal, la hauteur idéale de l’écran pour pouvoir travailler sans avoir le dos voûté ou le cou tendu ; ils peuvent aussi corriger votre posture et vous aider à maintenir votre colonne en santé.

Avantages d’inclure la chiropratique dans le régime d’assurance-maladie complémentaire des employés :

Pour les employés, les avantages sont nombreux ; ils le sont aussi pour les employeurs. On a démontré que le traitement chiropratique et son remboursement contribuent à réduire le coût global des primes d’assurance et à améliorer la productivité10. Il diminue également l’absentéisme et l’incapacité. Les employeurs sont encouragés à évaluer l’environnement de travail et les activités de leurs employés afin d’identifier les risques de blessures et les soins qui pourraient être nécessaires.


1. Franche, R., Hogg-Johnson, S., Breslin, C., Mustard, C., Côté, P. (2006). Determinants of return-to-work: Applying the readiness for change model. Institute for Work & Health.
2. McGee, R., Bevan, S., Quadrello, T. (2011). Fit for work? Musculoskeletal disorders and the Canadian labour market. Retrieved from https://www.conferenceboard.ca/Libraries/NETWORK_PUBLIC/CCDPM_report2_jul2011.sflb 
3. Canadian Institutes of Health Research. ARCHIVED - Health Research - Investing in Canada's Future 2004-2005: Arthritis. Ottawa: CIHR; 2012 [updated 23 November 20063 July 2012]; Available from: https://www.cihr-irsc.gc.ca/e/documents/arthritis_mpkit_2005_e.pdf https://www.cihr-irsc.gc.ca.
4. Health Canada (1998). Economic burden of illness in Canada. Ottawa: Health Canada.
5. Cleland, J. Childs, J. Frtiz, J. Emberhart, S. Development of a clinical prediction rule for guiding treatment of a subgroup of patients with neck pain: use of thoracic spine manipulation, exercise, and patient education. Physical Therapy.2007 Jan;87(1):9-23 
6. Lutteman, A., Jager, M., Griefahn, B. 
Preventing musculoskeletal disorders in the workplace. Protecting Workers' Health Series No. 5.2003 
7. Rubenstein SM, Van Middelkoop M et al. (2011) Spinal Manipulative Therapy for Chronic Low-Back Pain: An Update of a Cochrane Review Spine (36)13:E825-E846.
8. Nyiendo, J. (1991). Disabling Low Back Oregon Workers’ Compensation Claims Part II: Time Loss. JMPT, 14(4): 231-239. 
9. WSIB. (2004). Program of Care for Acute Low Back Injuries One-Year Evaluation Report.
10. Legoretta, A., Metz, D., Nelson, C., et al. (2004). Comparative analysis of individuals with and without chiropractic coverage. Arch Intern Med, 164: 1985-1992.
retour