Skip navigation

Les chiropraticiens canadiens sont bien placés pour réaliser des économies significatives sur l’imagerie médicale

août 01, 2013

Toronto (1 août 2013) – Les chiropraticiens canadiens supportent pleinement l’annonce des premiers ministres canadiens à la réunion du Conseil de la fédération du 26 juillet 2013 avisant que les gouvernements provinciaux et territoriaux planifient de travailler ensembles afin de développer des lignes directives pour contrer l’usage non nécessaire d’imagerie médicale.Les dépenses sur l’imagerie médicale au Canada ont connue une forte hausse au cours des dernières années.  Selon le Conseil de la fédération, 10 à 20 % de ces tests pourraient ne pas être nécessaires. Le Conseil de la fédération s’est engagé à développer de nouvelles lignes directives pour les praticiens, menant à une potentielle diminution de tests diagnostiques non nécessaires. Les chiropraticiens sont particulièrement bien placés pour aider les gouvernements provinciaux et territoriaux à atteindre des économies significatives dans ce secteur de dépense.

Des études récentes ont déterminées que les maux de dos sont en haut de la liste en tant qu’économies potentielles.   Au lieu de référer pour de l’imagerie médicale, les meilleures pratiques peuvent inclure référer les patients à des centres modèles de soins de la colonne vertébrale (une équipe d’experts habituellement incluant des chiropraticiens) pour l’évaluation et le traitement. Quatre-vingt dix pourcent des patients référés à des spécialistes ne sont pas candidats pour une chirurgie, et plusieurs de ces patients doivent attendre plusieurs mois pour de l’imagerie et une consultation seulement pour être renvoyés à leur médecin de famille. Des modèles de soins de la colonne vertébrale peuvent fournir une évaluation propice afin de déterminer le traitement approprié pour adresser la condition du patient.  Une évaluation rapide permettrait aux patients d’accéder à un soin approprié plus tôt.

Les chiropraticiens jouent déjà un rôle central dans les modèles de soins de la colonne vertébrale à travers le Canada. Ces équipes réduisent les coûts associés aux tests diagnostiques et chirurgies non nécessaires. En Ontario, un projet pilote a étudié les avantages d’inclure des chiropraticiens à des équipes de soins de santé primaires, et a observé des bénéfices dans l’évaluation des patients souffrant de maux de dos, et dans la facilitation de discussion des options de traitement avec le médecin de famille du patient. Les résultats démontrent une diminution au nombre de références d’IRM et chirurgicale.

Les directives de l’Association canadienne des radiologistes suggèrent que pour certains patients, les soins conservateurs pour les maux de dos peuvent être considérés avant le besoin d’imagerie médicale.  Les pratiques cliniques chiropratiques sont ce type de traitement conservateur.

« Lorsque les canadiens souffrent de douleurs au dos, ils veulent des réponses le plus tôt possible afin d’alléger la douleur. Les objectifs du Conseil de la fédération sont réalisables s’il y a de meilleurs conseils sur les alternatives disponibles au lieu d’imagerie médicale non nécessaire. » dit le Dr Jeff Warren, DC, président de l’Association chiropratique canadienne. « Les soins de la colonne vertébrale en incluant des chiropraticiens démontrent de meilleurs résultats à un coût moindre. »

Les chiropraticiens accueillent l’opportunité de faire part aux efforts à fournir de bons soins, au bon moment, par le bon praticien aux canadiens souffrant de douleurs au dos. Ces conditions sont parmi le plus grand fardeau sur l’économie canadienne , et la seconde source de pertes de journée de travail en Amérique du Nord.

La profession chiropratique offre leur support aux gouvernements provinciaux et territoriaux dans le développement de nouvelles lignes directives et d’outils pour augmenter l’usage approprié d’imagerie médicale, incluant l’identification d’alternatives pour aider les canadiens souffrant de douleurs au dos.

À propos de l’Association chiropratique canadienne
L’Association chiropratique canadienne (ACC) représente 7 000 docteurs en chiropratique autorisés au Canada. L’ACC fait la promotion,  au nom de ses membres et leurs patients, pour l’amélioration de la qualité et de l’accessibilité aux soins chiropratiques au Canada, ainsi que l’adoption de pratiques efficaces et compétentes par le système de santé.

-30-

Contact pour les médias :
Ronda Parkes
Directrice, Marketing et communications
Association chiropratique canadienne
416-585-7902 poste 242

back to top