Insufficiency fracture of the tibial plateau after anterior cruciate ligament reconstructive surgery: a case report and review of the literature

Jessica J. Wong, BSc, DC, FCCS(C)
Brad Muir, HBSc (Kin), DC, FRCCSS(C)

Peri-articular fractures after anterior cruciate ligament (ACL) reconstructive surgery are rare. To our knowledge, this case documents the first insufficiency fracture of the tibial plateau after ACL reconstruction, which presented three weeks after the procedure. A 25-year-old female recreational soccer player suffered an insufficiency fracture of the tibial plateau, extending 1.5 mm into the anterior wall of tibial tunnel and medial compartment under the anterior horn of medial meniscus, which presented as a diagnostic challenge. Clinically, the fracture mimicked a low-grade infection of the surgical site, while radiographically, the fracture resembled an avulsion fracture, later confirmed as a tibial tunnel fracture with computed tomography. With the ACL graft integrity not in jeopardy, four weeks of non-weightbearing and a delayed post-operative rehabilitation program was effective in allowing the fracture to heal. Good functional outcome was achieved after conservative management, with minimal loss of terminal knee extension and minimal pain at 22-month follow-up.(JCCA2013;57(2):123-131)
Key Words: tibial plateau, fracture, ACL reconstruction, complication, conservative management

Les fractures péri-articulaires après une chirurgie reconstructive du ligament croisé antérieur (LCA) sont rares. À notre connaissance, ce cas représente la première fracture par insuffisance du plateau tibial après une chirurgie reconstructive du LCA, qui s’est présentée trois semaines après la procédure. Une joueuse amateur de soccer de 25 ans a subi une fracture par insuffisance du plateau tibial, se prolongeant 1,5 mm dans la paroi antérieure du tunnel tibial et dans le compartiment médian sous la corne antérieure du ménisque interne, ce qui présentait une difficulté de diagnostic. Du point de vue clinique, la fracture ressemblait à une infection légère du foyer opératoire, alors que d’un point de vue radiographique, cela ressemblait plus à une fracture par avulsion. Plus tard, la tomographie par ordinateur a confirmé une fracture du tunnel tibial. L’intégrité de la greffe n’étant pas en danger, quatre semaines sans porter aucune charge et un programme différé de réhabilitation postopératoire ont permis la guérison de la fracture. De bons résultats fonctionnels ont été atteints après la gestion conservatrice, avec une perte minimale de l’extension du genou terminal, et une douleur minimale après 22 mois de suivi.(JCCA2013;57(2):123-131)
Mots-clés: plateau tibial, chirurgie reconstructive du LCA, complication, gestion conservatrice