A pilot study of the effects of suboccipital fascial release on cortisol levels in workers in the clothing industry – randomized clinical trial

Bruna Luísa Silva, PT
Lara Alves de Oliveira, PE
Camila Medeiros Costa, BS
Cristiano Queiroz Guimarães, PT, Ms
Leonardo Sette Vieira, PT
Andrei Pereira Pernambuco, PT, PhD

Introduction: Repetitive and time sensitive demands of clothing workers has been associated with higher salivary cortisol levels that may reflect the stress experienced by the worker.

Objective: This trial evaluates if suboccipital fascial release (SFR) is associated with reduced salivary cortisol levels.

Methods: Randomized controlled trial with 40 workers, divided into: untreated group (UG, n = 15) and treated group (TG, n = 25). Both were removed from the work environment. The TG received the above technique and the UG remained lying at rest, both for five minutes. Salivary cortisol levels were measured by a commercial enzyme-linked immunosorbent assay (ELISA) kit. Statistical analysis of data distribution, intragroup and intergroups, were performed with α adjusted to 0.05.

Results: Pre / post intragroup analyses showed significant differences in cortisol levels in both groups, as well as intergroup analyses with lower values in favor of TG (p = 0.014).

Conclusion: The reduction in salivary cortisol levels in TG suggests that SFR may be more effective than rest in reducing stress. Future studies with increased experimental rigor are necessary to confirm this conclusion.

Clinical trial registration number: REBEC – RBR – 56yk9m.

Introduction : Les exigences aiguës imposées aux travailleurs de l’industrie du vêtement ont été associées à de fortes concentrations de cortisol salivaire pouvant traduire le stress vécu par ces travailleurs.

Objectif : Cet essai vise à savoir si le relâchement des fascias des muscles sous-occipitaux est associé à une réduction des concentrations de cortisol salivaire.

Méthodologie : Essai comparatif avec répartition aléatoire mené auprès de 40 travailleurs répartis en deux groupes: groupe non traité (GNT, n = 15) et groupe traité (GT, n = 25). Les sujets des deux groupes ont été retirés de leur milieu de travail. La technique ci-haut mentionnée a été utilisée sur les sujets du GT alors que les sujets du GNT sont restés au repos: pour les deux groupes, l’intervention a duré cinq minutes. Les concentrations de cortisol salivaire ont été mesurées à l’aide d’une trousse pour dosage d’immunoabsorption par enzyme liée (ELISA) offerte dans le commerce. L’analyse statistique de la distribution des données intra-groupes et inter-groupes a été effectuée avec α ajusté à 0.05.

Résultats : L’analyse des données prétraitement et post-traitement à l’intérieur des groupes a révélé des différences appréciables de concentration de cortisol dans les deux groupes, les analyses entre les groupes montrant des concentrations plus faibles dans le GT (p = 0.014).

Conclusion : La réduction des concentrations de cortisol salivaire dans le GT semble indiquer que le relâchement des fascias de muscles sous-occipitaux peut être plus efficace que le repos pour réduire le stress. Il faut mener d’autres études expérimentales plus rigoureuses pour confirmer cette conclusion. Numéro d’enregistrement de l’essai clinique : REBEC – RBR – 56yk9m.