Attitudes, beliefs, and practices regarding medication prescribing for musculoskeletal conditions: a protocol for a national Q-methodology study of Swiss chiropractors

Peter C. Emary, DC, MSc
Mark Oremus, PhD
Taco A.W. Houweling, DC, PhD
Martin Wangler, DC, MME
Noori Akhtar-Danesh, PhD

Background: Since 1995, chiropractors in Switzerland have been licensed to prescribe medications for treating musculoskeletal conditions. However, controversy remains over whether or not medication prescribing should be pursued within the chiropractic profession internationally.

Objective: To assess Swiss chiropractors’ attitudes, beliefs, and practices regarding their existing medication prescription privileges.

Methods: A Q-methodology approach will be used to collect data for the assessment. In addition scope expansion and frequency of prescribing by Swiss chiropractors will be queried using a 13-item questionnaire. Recruitment will be conducted by e-mail and all members of the Swiss Chiropractic Association will be eligible to participate. Data will be analyzed using by-person factor analysis and descriptive statistics.

Discussion: This will be the first national update on attitudes toward prescribing medications among Swiss chiropractors since 2003, and the first using Q-methodology. The results of this study are important as they will inform future directions and research regarding chiropractic prescription rights.

Contexte : En Suisse, depuis 1995, les chiropraticiens sont autorisés à prescrire des médicaments pour traiter des affections musculosquelettiques. Cependant, la prescription de médicaments par les chiropraticiens à l’échelle internationale fait toujours l’objet d’une controverse.

Objectif : Évaluer les attitudes, les croyances et les pratiques des chiropraticiens suisses en ce qui concerne leur droit actuel de prescrire des médicaments.

Méthodologie : Une méthodologie Q sera utilisée pour recueillir les données nécessaires à l’étude. En outre, l’élargissement du champ de pratique et la fréquence de prescription chez les chiropraticiens suisses seront étudiés à l’aide d’un questionnaire comprenant 13 questions. Le recrutement sera effectué par courriel et tous les membres de l’Association suisse chiropratique pourront participer à l’étude. Les données seront analysées par une analyse de facteurs personnels et par statistique descriptive.

Discussion : Il s’agira de la première mise à jour nationale sur les attitudes des chiropraticiens suisses à l’égard de leur droit de prescrire des médicaments depuis 2003, et la première étude à utiliser la méthode Q. Les résultats sont importants car ils permettront d’éclairer les orientations et les recherches futures sur le droit de prescrire des chiropraticiens.