Skip navigation

Pilot study: an investigation of the relationship between cervical measurements and the preference of cervical pillow thickness

Objective: To assess whether external measurements of the subject’s neck are predictive of the preferred thickness of cervical pillow, given a choice of four different contour thicknesses. Design: Preliminary correlational study. Subjects: The subjects consisted of asymptomatic adults between the ages of 18–45 years, and were drawn from student and faculty populations of the Canadian Memorial Chiropractic College (CMCC). Sample size: A total of 105 eligible adults were recruited, of which 53 were male and 52 were female. Outcome Measures: Subjects were assessed using the following measurements of the cervical spine: (1) the external occipital protuberance (EOP) to the seventh cervical spinous process posteriorly, (2) the mastoid to the acromioclavicular joint laterally, and (3) neck girth measured at the fourth cervical vertebra. Subjects were asked to choose one of the four possible thicknesses with respect to comfort over a short period of time (i.e. about 10 minutes). Statistical Analysis: Results were analyzed at the 0.10 level of significance using the Pearson’s Product Moment Correlation Coefficient. Analyses were stratified by gender. Results: This study found no statistically or clinically significant correlation between neck dimensions and pillow size preference (r < 0.7, p > 0.02). Conclusion: The results of this study suggest that the three specifically outlined cervical measurements may not serve as good predictors for size preference for this type of cervical pillow. The results of this study also do not suggest “one-size” pillow fits all. Patients may still require a selection of cervical pillow thicknesses. Pending further investigation of this important clinical problem, it may be prudent to continue recommending double-contoured or other variably-sized pillows. (JCCA 1998; 42(2):83–89)
Key Words: pillow, cervical, thickness, predictor

Objectif : Évaluer si les dimensions externes du cou d’un sujet peuvent servir à prédire l’épaisseur de prédilection d’un oreiller cervical lorsque quatre courbures de différentes épaisseurs sont offertes. Type d’étude: Étude préliminaire de corrélation. Sujets : Adultes sains, âgés de dix-huit à quarante-cinq ans, recrutés parmi les étudiants et la communauté universitaire du Canadian Memorial Chiropractic College (CMCC). Taille de l’échantillon : Un total de 105 adultes admissibles ont été recrutés, parmi lesquels se trouvaient cinquante-trois hommes et cinquante-deux femmes. Mesures effectuées : Les sujets ont été évalués en utilisant les mesures de la colonne cervicale suivantes : (1) de la protubérance occipitale externe (POE) jusqu’à la septième apophyse épineuse cervicale, postérieurement; (2) de l’apophyse mastoïde à l’articulation acromio-claviculaire, latéralement; (3) le tour du cou à la quatrième vertèbre cervicale. On a demandé aux sujets de choisir l’oreiller qu’ils préféraient au niveau du confort parmi les quatre proposés après les avoir essayer pendant une courte période (environ dix minutes). Analyse statistique : Les résultats ont été analysés à un niveau de signification de 0.10 à l’aide du coefficient de corrélation de Pearson. La répartition des analyses a été effectuée selon le sexe. Résultats : L’étude n’a démontré aucune corrélation significative tant d’un point de vue statistique que clinique entre les dimensions du cou et la préférence pour une épaisseur quelconque d’oreiller (r < 0,7; p > 0,02). Conclusion : Les résultats de l’étude semblent indiquer que les trois mesures cervicales expressément relevées ne servent pas nécessairement de prédicateurs justes en ce qui concerne la préférence pour une épaisseur quelconque de ce type ’oreiller cervical. De plus, ils ne laissent pas supposer qu’un oreiller à « taille unique » convient à toutes les personnes. Les malades peuvent vouloir choisir parmi une gamme d’oreillers cervicaux de différentes épaisseurs. En attendant que d’autres études soient entreprises sur cette importante question d’ordre clinique, il serait prudent de continuer à recommander les oreillers à double courbure ou ceux de grandeur variable. (JACC 1998; 42(2):83–89)
Mots-clés: oreiller, cervical, épaisseur, prédicateur

back to top