Skip navigation

Whiplash evokes descending muscle recruitment and sympathetic responses characteristic of startle

Whiplash injuries are the most common injuries following rear-end collisions. During a rear-end collision, the human muscle response consists of both a postural and a startle response that may exacerbate injury. However, most previous studies only assessed the presence of startle using data collected from the neck muscles and head/neck kinematics. The startle response also evokes a descending pattern of muscle recruitment and changes in autonomic activity. Here we examined the recruitment of axial and appendicular muscles along with autonomic responses to confirm whether these other features of a startle response were present during the first exposure to a whiplash perturbation. Ten subjects experienced a single whiplash perturbation while recording electromyography, electrocardiogram,and electrodermal responses. All subjects exhibited a descending pattern of muscle recruitment, and increasing heart rate and electrodermal responses following the collision. Our results provide further support that the startle response is a component of the response to whiplash collisions. (JCCA 2014;58(2):109-118)
Key Words: Whiplash, startle, perturbation, chiropractic

e coup de fouet cervical est la blessure la plus fréquemment subie à la suite d’une collision arrière. Durant une telle collision, la réponse musculaire humaine comporte à la fois une réaction posturale et une réaction de sursaut qui peuvent exacerber la blessure. Toutefois, la plupart des études antérieures ont seulement évalué la présence de la réaction de sursaut au moyen de données sur les muscles du cou et la cinématique de la tête et du cou. La réaction de sursaut évoque aussi un recrutement musculaire descendant et modifie l’activité du système nerveux autonome. Nous avons examiné dans le présent article le recrutement des muscles axiaux et appendiculaires ainsi que les réponses autonomes afin de confirmer si ces autres caractéristiques d’une réponse de sursaut étaient présentes au cours de la première exposition à une perturbation de type coup de fouet. Dix sujets ont subi une seule perturbation de ce type et leurs réponses électromyographique, électrocardiographique et électrodermographique ont été enregistrées. Tous les sujets ont présenté un recrutement musculaire descendant, une augmentation du rythme cardiaque et des réponses électrodermales suivant la collision. Nos résultats soutiennent l’idée selon laquelle la réaction de sursaut est une composante de la réponse aux collisions avec coup de fouet. (JCCA 2014;58(2):109-118)
Mots-clés : coup de fouet, sursaut, perturbation, chiropratique

back to top