Skip navigation

Spontaneous conus medullaris infarction in a 79 year-old female with cardiovascular risk factors: a case report

Objective: To detail the case of a 79 year-old female who presented with sudden bilateral neurological deficits of the lower extremities and was later diagnosed with non-traumatic conus medullaris infarction. The purpose of this case report is to inform primary contact practitioners of the presentation, diagnosis and the associated risk factors of this condition in order to facilitate prompt management. Clinical Features: Spinal cord infarction presenting as low back pain with a high degree of bilateral loss of motor strength, sensation and reflexes in the lower extremities and bowel/bladder dysfunction, in a patient with previous coronary artery bypass graft surgery and renal insufficiency. Intervention and Outcome: Referral to emergency within hours of symptom onset allowed for immediate assessment, management and relatively favourable partial recovery. Summary: Although rare, conus medullaris infarction is potentially devastating and requires an appropriate clinical index of suspicion for timely diagnosis, treatment and optimal neurological recovery. (JCCA 2012; 56(1):58–65)
Key Words: spinal cord diseases, spinal cord ischemia, spinal cord infarction, conus medullaris

But : Il s’agit d’un rapport détaillé du cas d’une femme de 79 ans souffrant de déficits neurologiques bilatéraux d’apparition soudaine aux membres inférieurs, qui a ultérieurement reçu le diagnostic d’infarcissement non traumatique du cône médullaire. Ce rapport de cas a pour objectif d’informer les praticiens de premier contact du tableau clinique, du diagnostic et des facteurs de risques associés à ce trouble afin de faciliter une prise en charge rapide. Caractéristiques cliniques : Infarcissement de la moelle épinière se manifestant sous forme de douleur lombaire accompagnée d’un degré élevé de perte de motricité bilatérale, de sensation et de réflexes dans les membres inférieurs ainsi que d’une dysfonction intestinale/vésicale chez une patiente ayant déjà subi un pontage coronarien et une insuffisance rénale. Intervention et résultat : La patiente a été transférée au service d’urgence dans les quelques heures suivant l’apparition des symptômes où elle a pu être immédiatement évaluée et prise en charge, et bénéficier d’un rétablissement partiel relativement favorable. Résumé : L’infarcissement du cône médullaire, bien que rare, a le potentiel d’être dévastateur et nécessite un indice de suspicion clinique approprié pour que le diagnostic, le traitement et le rétablissement neurologique optimal puissent se faire en temps opportun. (JCCA 2012; 56(1):58–65)
Mots-clés: Maladies de la moelle épinière, ischémie médullaire, infarcissement médullaire, cône médullaire

back to top