Skip navigation

Diagnostic and treatment methods used by chiropractors: A random sample survey of Canada’s English-speaking provinces

Objective: It is important to understand how chiropractors practice beyond their formal education. The objective of this analysis was to assess the diagnostic and treatment methods used by chiropractors in English-speaking Canadian provinces.
Methods: A questionnaire was created that examined practice patterns amongst chiropractors. This was sent by mail to 749 chiropractors, randomly selected and stratified proportionally across the nine English speaking Canadian provinces. Participation was voluntary and anonymous. Data were entered into an Excel spreadsheet, and descriptive statistics were calculated.
Results: The response rate was 68.0%. Almost all (95.1%) of respondents reported performing differential diagnosis procedures with their new patients; most commonly orthopaedic testing, palpation, history taking, range of motion testing and neurological examination. Palpation and painful joint findings were the most commonly used methods to determine the appropriate joint to apply manipulation. The most common treatment methods were manual joint manipulation/mobilization, stretching and exercise, posture/ergonomic advice and soft-tissue therapies.
Conclusions: Differential diagnosis is a standard part of the assessment of new chiropractic patients in English-speaking Canadian provinces and the most common methods used to determine the site to apply manipulation are consistent with current scientific literature. Patients are treated with a combination of manual and/or manipulative interventions directed towards the joints and/or soft-tissues, as well as exercise instruction and postural/ergonomic advice.
(JCCA. 2015; 59(3):279-287)

Key Words: chiropractic, survey, differential diagnosis, diagnostic testing, treatment methods

Objectif : Il est important de comprendre la pratique des chiropraticiens qui dépasse le cadre de leur éducation formelle. L’objectif de cette analyse était d’évaluer les méthodes de diagnostic et de traitement utilisées par les chiropraticiens dans les provinces canadiennes anglophones.
Méthodologie : Un questionnaire a été créé pour examiner les habitudes de pratique des chiropraticiens et a été envoyé par la poste à 749 d’entre eux, choisis au hasard et stratifiés proportionnellement entre les neuf provinces anglophones. La participation était volontaire et anonyme. Les données ont été saisies dans un tableur Excel, et les statistiques descriptives ont été calculées.
Résultats : Le taux de participation a été de 68,0 %. Presque tous (95,1 %) les répondants ont déclaré effectuer des diagnostics différentiels de leurs nouveaux patients; plus couramment des tests orthopédiques, la palpation, l’anamnèse, des tests d’amplitude de mouvement et l’examen neurologique. La palpation et la détection d’articulations douloureuses étaient les méthodes les plus couramment utilisées pour déterminer l’articulation appropriée à manipuler. Les méthodes de traitement les plus fréquentes étaient la manipulation ou la mobilisation manuelle des articulations, les étirements et les exercices, les conseils posturaux ou ergonomiques et la thérapie des tissus mous.
Conclusions : Le diagnostic différentiel fait partie de la norme d’évaluation de nouveaux patients chiropratiques dans les provinces anglophones canadiennes, et les méthodes les plus couramment utilisées pour déterminer les points à manipuler concordent avec les publications scientifiques actuelles. Les patients sont traités par une combinaison d’interventions manuelles ou de manipulation axées sur les articulations ou tissus mous, ainsi que par des instructions d’exercice et des conseils posturaux et ergonomiques.
(JCCA. 2015; 59(3):279-287)

Mots clés : chiropratique, enquête, diagnostic différentiel, tests de diagnostic, méthodes de traitement

 

back to top