Skip navigation

A narrative review of new trends in the diagnosis of myofascial trigger points: diagnostic ultrasound imaging and biomarkers

Myofascial pain syndrome (MPS) is one of the most common conditions of chronic musculoskeletal pain encountered by primary healthcare practitioners on a daily basis. It is generally accepted amongst the broad profile of healthcare practitioners treating MPS that the presence of discrete, palpable and tender nodules within the muscle, known as myofascial trigger points (MTrP), is necessary to confirm the diagnosis of MPS. Manual palpation is currently the most common technique used to detect MTrP, however, previous research has shown that the reliability of manual palpation for detecting MTrP is poor, and in our opinion unacceptably poor, leading to inconsistent diagnosis of MPS and poor patient outcomes. There are currently no objective accepted diagnostic criteria for the clinical detection of MTrP, nor are there standardized diagnostic criteria for MPS. Two promising areas of research with potential for enhancing the diagnosis of MPS include the use of diagnostic ultrasound and biomarkers. Further research is needed to advance the development of composite diagnostic criteria employing ultrasound imaging, biomarker assessments and physical assessment to enhance the accuracy and objectivity of MTrP detection and diagnosis of chronic MPS disorder.
(JCCA. 2016;60(3):220-225)

Le syndrome algique myofascial (SAM) est l’une des conditions les plus fréquentes de douleurs musculo-squelettiques chroniques rencontrées par les praticiens de soins de santé primaires tous les jours. Il est généralement admis, parmi un large segment de professionnels de la santé traitant le SAM, que la présence de nodules discrets, palpables et tendres dans le muscle, connus sous le nom de points déclencheurs myofasciaux (PDM), est nécessaire pour confirmer le diagnostic de SAM. La palpation manuelle est actuellement la technique la plus couramment utilisée pour détecter les PDM. Cependant, des recherches antérieures ont montré que la fiabilité de la palpation manuelle pour détecter les PDM est faible, et à notre avis inacceptable, ce qui se traduit par des diagnostics incohérents du SAM et de mauvais résultats pour les patients. Actuellement il n’y a aucun critère diagnostique objectif accepté pour la détection clinique des PDM, ni de critères diagnostiques normalisés pour le SAM. Deux domaines prometteurs de recherche ayant un potentiel pour améliorer le diagnostic du SAM comprennent l’utilisation de l’échographie diagnostique et les biomarqueurs. D’autres recherches sont nécessaires pour faire avancer le développement de critères de diagnostic composites employant l’échographie, l’évaluation des biomarqueurs et l’évaluation physique pour améliorer l’exactitude et l’objectivité de la détection des PDM et le diagnostic de troubles de SAM chronique.
(JCCA. 2016;60(3):220-225)

back to top